L’entraîneur-chef Mathieu Lecompte et le Vert & Or connaissent l’importance du match de samedi face aux Stingers, à Montréal. Sherbrooke doit l’emporter s’il veut garder ses chances de participer aux éliminatoires.

Match capital pour le Vert & Or

S’il veut participer aux éliminatoires en 2018, le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke doit remporter son duel de samedi face aux Stingers de Concordia, à Montréal. Avec deux revers en autant de matchs, et aucun touché offensif, le défi est de taille.

Le Vert & Or a cependant une bonne nouvelle dans la manche; Xavier Owens sera à son poste, samedi.

Le jeune quart-arrière de deuxième année, blessé lors du match inaugural à Sherbrooke face à Québec, contribuera certainement à revamper une unité offensive qui peine à accumuler les verges, et encore plus, les touchés.

Sherbrooke a seulement inscrit neuf points jusqu’ici en saison, après des revers de 14-1 face à Québec et de 19-8 contre les Redmen de McGill.

Les pivots Joé Hudon (joueur de première année) et Conor Sinclair (joueur de deuxième année), ont tenté d’insuffler un vent d’optimisme à l’attaque des Verts, avec des résultats mitigés.

Owens, dans la première demie face à Québec, a montré qu’il pouvait diriger de main de maître l’attaque du nouveau coordonnateur Rémi Giguère.

« Xavier s’entraîne, tout va bien, il n’a pu de traces du coup à la tête qu’il a reçu contre le Rouge et Or. On a respecté le protocole de retour au jeu en cas de commotion cérébrale à la lettre. Il n’y a aucune chance à prendre avec un étudiant-athlète.

« Xavier a complété 85 % de ses passes au camp d’entraînement l’hiver dernier, il a fait de même au camp cet été, et il était 7 en 8 avant sa blessure. Il est très précis et j’ai très rarement vu ça. Il y a eu un déclic chez lui à sa première année, et il peut décortiquer le jeu comme rarement peuvent le faire des jeunes de cet âge-là », a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

Débarqué au Vert & Or après un passage en division 3 avec Rimouski, Owens demeure un jeune joueur très prometteur, mais avec bien peu d’expérience de jeu, précise l’entraîneur-chef.

L’an passé, il a subi une commotion cérébrale en voulant marquer un touché au sol, face à McGill, sans glisser les pieds devant et ainsi éviter le contact avec les joueurs défensifs.

Idem pour sa commotion subie au match 1; il a jonglé avec la remise de son centre et, plutôt que de se jeter sur le ballon, il a tenté de le remettre à son porteur.

« On n’a rien prévu comme protection spéciale. On joue avec lui comme n’importe quel joueur. Xavier doit apprendre à se protéger dans les matchs. On peut ajouter des jeux spéciaux, un joueur de ligne, un receveur ou un porteur en bloc et en protection, mais Xavier a échappé le ballon (contre Québec) et il s’est mis dans une situation vulnérable. Le déclic s’est fait dans sa tête pour les « X » et les « O », mais sur le terrain, ça reste un joueur qui a peu d’expérience. »

« Avec Luc Sylvain (entraîneur des quarts-arrière), on le force à glisser en pratique. Il doit passer par un processus qui n’a pas été facile depuis qu’il est avec nous. On ne se le cache pas, quand il est sur le terrain, c’est un joueur dangereux. »

Sherbrooke et Concordia sont les deux seules équipes du football universitaire québécois sans victoire, depuis le début de la saison.

L’entraîneur-chef Mathieu Lecompte et le Vert & Or connaissent l’importance du match de samedi face aux Stingers, à Montréal. Sherbrooke doit l’emporter s’il veut garder ses chances de participer aux éliminatoires.

Les Stingers n’ont joué qu’un match, contre Québec, une défaite de 47-9.

Le Vert & Or a battu les Stingers l’an passé à Montréal par la marque de 30-13.

« On est très concentrés sur nous, on veut gagner tous les matchs. On a une jeune équipe, bourrée de talent. On a une fiche de 0-2, mais je crois qu’il y a beaucoup de positif dans ces deux matchs. McGill a une belle équipe, à maturité, alors que nous sommes à l’année 1 de notre plan. Je considère qu’on les a battus physiquement, nos joueurs ont joué dur, avec caractère. J’aime voir ça. Notre défensive n’a rien donné pour une deuxième semaine de suite », a dit Lecompte.

« On a affronté la meilleure édition des Redmen depuis longtemps. Cette défaite, je la prends sur moi. On aurait dû gagner. On aurait dû être meilleurs dans notre exécution. On a échoué à convertir tout près de la zone des buts. »

« Mais bon, on a les Stingers au menu avant. Ils ont un très bon quart, un bon groupe de receveurs, une défensive solide. Quand tu analyses leur match contre Laval, ils ont montré de belles choses. C’est un match qu’on se doit d’aller chercher. Le terrain s’appelle le « Sherbrooke Field », alors on aime y jouer! »

En terminant, la saison du secondeur Olivier Dionne est terminée, à cause d’une blessure au genou; quant au demi défensif Béchir Janfaoui Vilsaint, sa saison est aussi terminée, mais à cause d’un problème académique.