Marc Bryson

Marc Bryson, le dernier Gaulois

Même s'il est entouré de camps retranchés romains, pas question pour le Gaulois Marc Bryson de renier son appartenance.
À la veille du premier match de la série éliminatoire qui opposera le Canadien de Montréal aux Sénateurs d'Ottawa, le journaliste sportif à la station radiophonique FM 107,7 affiche fièrement sa partisanerie au profit des Sénateurs. Même sa voiture corporative est ornée du fanion des Sens.
Il va sans dire que Bryson détonne fortement dans le paysage sherbrookois, de coutume rangé en masse derrière le Tricolore.
Mais comme Astérix, Bryson refuse de céder devant César.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.
Abonnement à la version électronique: