Abigaël Walker était la marraine d'honneur du tout premier 2km du demi-marathon de Sherbrooke.

Maladie rhumatologique rare: la santé d'Abigaël prend du mieux

La santé d'Abigaël Walker, atteint de polychondrite, une maladie rhumatologique très rare, prend du mieux. L'adolescente de 14 ans a même arrêté de prendre des corticostéroïdes. Il s'agit d'un grand pas en avant dans le combat contre sa maladie.
Elle a même été en mesure de prendre part à l'épreuve du 2 km dans le cadre du demi-marathon de Sherbrooke.
« Je suis vraiment fière, mentionne celle qui était la marraine d'honneur de l'épreuve. Ma maladie, c'est un peu comme de l'arthrite et la course c'est dur pour mes genoux. »
Abigaël a arrêté de prendre des corticostéroïdes il y a deux mois en les remplaçant par une autre sorte de stéroïdes qui, eux, stimulent les glandes rénales.
« Elle est encore médicamentée, mais c'est une très bonne nouvelle, indique sa mère, Myriam Ruel. Dans environ 10 mois, si elle n'a pas repris de corticostéroïdes, on va pouvoir parler d'une rémission médicamentée. »
« C'est une drôle d'histoire, parce qu'on a arrêté la médication à cause d'une gastro, note Abigaël. C'est donc un peu grâce à la gastro qu'on a arrêté et depuis ce temps on n'a eu aucun signe de la maladie. J'ai désenflé beaucoup, ça m'aide beaucoup au niveau du sport. »
Même si la santé de sa fille s'améliore, il y a quand même beaucoup d'ajustements à faire selon Myriam Ruel.
« Il y a par exemple ses glandes surrénales qui ne fonctionnent pas bien. Son corps ne produit pas d'adrénaline lors des efforts physiques ou des gros chocs. »
Mais ces difficultés n'ont pas empêché Abigaël de courir le 2 km en compagnie de ses deux soeurs, un moment magique pour la famille.
« Je suis tellement fière, mentionne Myriam Ruel. Abi l'a fait comme une championne et ses genoux ont tenu le coup. C'était beau pour le coeur de maman. »