Maïté Bouchard a inscrit un chrono de 2:01,33, vendredi, à Boston.

Maïté Bouchard termine quatrième au Boston University David Hemery Valentine Invitational

Maïté Bouchard a réalisé son deuxième meilleur chrono à vie sur 800 m ce vendredi à Boston, dans le cadre du Boston University David Hemery Valentine Invitational.

Une course très relevée, et tumultueuse, lors de laquelle Bouchard s’est prouvé à elle-même qu’elle a tous les outils nécessaires pour rivaliser avec les meilleures au monde. 

La preuve ? Elle a joué du coude jusqu’à la toute fin de la course avec l’Américaine Ce’aira Brown, elle qui a terminé 8e au dernier Championnat du monde, jusqu’à la toute fin de la course. Bouchard ne lui a finalement concédé que 15 petits centièmes de secondes. 

Avec un temps de 2:01,33, Maïté Bouchard a réalisé son deuxième meilleur chrono à vie, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce chrono, qui se veut, une fois de plus, un nouveau record du Québec, la positionne maintenant au 5e rang de tous les temps au Canada. 

C’est Nia Akins, de Penn, qui a remporté la course avec un chrono de 2:00,71, devant Cynthia Anais d’Archimetese, qui a conclu avec un chrono de 2:00,76. Brown et Bouchard ont suivi.

Bien installée au premier rang au pays pour la saison en salle 2020, elle se retrouve également dans le top 15 mondial, gardant toujours les yeux sur son objectif ultime de devenir la première Québécoise et la sixième Canadienne à franchir la barre mythique du 2:00,00. 

C’est sans complexe qu’elle s’est présentée au départ, avec la mission de ne pas s’en laisser imposer par ces compétitrices aux pedigrees beaucoup plus étoffés.

« L’objectif que l’on s’était fixé pour cette compétition était de me mettre un peu plus en danger que les dernières courses, alors que j’avais été un peu trop conservatrice malgré les bons résultats. Dès le deuxième tour, j’ai tenu parole et j’ai attaqué, même en sachant que le rythme était déjà élevé », a-t-elle dit.

La stratégie a été payante, car en plus de l’excellent résultat qu’elle vient de signer, elle vient de redéfinir les paramètres de ce qui est possible pour elle. 

« On en parlait justement à l’entrainement cette semaine, elle et moi, et elle se voyait encore comme la compétitrice des dernières années, alors que sa maturité, sa confiance et sa forme physique ont largement évolué dans la dernière année. Elle se retrouve maintenant à un tout autre niveau, avec un chrono pour le confirmer », a dit son entraîneur Simon Croteau.