Danny Maciocia connaît la rivalité qui existe entre le Vert & Or et les Carabins. Il s'attend à voir le Vert & Or débarquer en puissance à Montréal vendredi soir. Sur la photo, le Vert & Or à l'entraînement jeudi.

Maciocia s'attend à un Vert & Or affamé

« J'ai regardé le calendrier avec attention et le Vert & Or aura sa pause après notre affrontement de vendredi. Je suis convaincu que l'équipe va tout donner afin d'aller à la pause avec une victoire en poche. »
Contacter Danny Maciocia la veille d'un duel entre ses Carabins de l'Université de Montréal et le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, moins de 24 heures après le congédiement de l'entraîneur-chef des Alouettes Jacques Chapdelaine, c'est un peu risqué.
Alors, combien de fois vous a-t-on demandé si vous alliez prendre le poste d'entraîneur-chef des Alouettes aujourd'hui, M. Maciocia ?
« Vraiment trop ! C'est insensé ! Toute cette situation est malheureuse, mais elle se répète depuis trois ou quatre ans, alors je suis habitué », a dit celui qui a certifié qu'il ne quitterait pas les Carabins.
Tout de même, n'essayez pas de lui faire dire que le Vert & Or sera un adversaire facile à vaincre ; même si Sherbrooke n'a toujours pas gagné en 2017 (0-3), et que ses Carabins viennent tout juste de vaincre les champions en titre de la Coupe Vanier (victoire de 21-16 contre Québec la semaine passée, NDLR), Danny Maciocia connaît Sherbrooke.
« J'ai dit à mes gars que la fiche de Sherbrooke ne voulait rien dire. Absolument rien. Il y a un profond historique entre les deux clubs. On assiste toujours à des matchs physiques et intenses, et ce sera encore le cas vendredi. »
Si l'équipe sur le terrain a subi quelques transformations, le personnel d'entraîneurs lui, a changé, à Sherbrooke.
« On se base sur les séquences vidéos que l'on a. Je ne connais pas Mathieu Lecompte personnellement et il n'a que trois matchs à titre d'entraîneur-chef dans cette ligue. On connaît l'unité défensive de cette équipe, et son coordonnateur. L'équipe a connu du succès avec sa défensive. »
« Quant à leur attaque, on connaît le coordonnateur (Brent Bailey), un ancien de l'Université Bishop's, et on connaît assez bien l'entraîneur de la ligne à l'attaque (Rémi Giguère, un ancien joueur des Carabins, NDLR). Mais ça se limite à ça. »
Et parlant de défensive, l'expérimenté Maciocia n'embarque pas dans la controverse soulevée par les propos de Mathieu Lecompte et de sa déclaration à propos de « la meilleure défensive au pays ».
On se rappelle, l'entraîneur-chef du Vert & Or avait déclaré qu'il croyait que son unité défensive serait l'une des meilleures de la conférence Québec et peut-être même du Canada, à quelques jours du début de la saison et d'un affrontement contre Québec.
Les esprits s'étaient d'ailleurs échaudés un peu à l'issue de la poignée de main entre les entraîneurs des deux équipes après cette rencontre remportée 40-5 par Québec ; le coordonnateur défensif Marc Fortier et son vis-à-vis Guillaume Boucher, de même que Lecompte, ont eu un échange de mots virils.
« J'ai 50 ans et trois enfants, je n'embarque pas dans ces histoires-là. Tout ça est un peu malheureux. Coach Lecompte a droit à son opinion, ça lui appartient la façon dont il veut motiver les troupes. Mais en fin de compte, il faut montrer l'exemple à nos étudiants-athlètes », a dit Maciocia.
Si ce dernier se réjouit que son ancien joueur Rémi Giguère prenne tranquillement du galon chez le Vert & Or, Danny Maciocia remercie le ciel d'avoir désormais Mathieu Pronovost dans son personnel d'entraîneurs.
Ce dernier, congédié l'automne dernier par le Vert & Or, s'est retrouvé rapidement du boulot, comme entraîneur de la ligne à l'attaque des Bleus.
« On est tellement chanceux de l'avoir ! Je savais que c'était un bon coach et une bonne personne, mais jusqu'ici, il dépasse toutes les attentes. C'est un excellent "fit" pour nous, c'est un jeune Tony Addona. Il va nous aider beaucoup ! »
« Quant à Rémi, je l'ai dirigé pendant cinq ans ; jeune, déjà, le coaching l'intéressait. Il passait beaucoup de temps avec Tony Addona pour en savoir plus sur différents aspects. Il voulait apprendre. C'est aussi un gars qui s'entend bien avec tout le monde. C'est plaisant d'être autour de lui. Je suis sûr qu'il va continuer à attirer de bons jeunes à Sherbrooke, il a tout un potentiel devant lui. »
Dernière fois que Sherbrooke a battu Montréal ? En septembre 2013.