Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Patriotes de l’UQTR représentent un beau succès sur la scène du hockey universitaire masculine, en D1.
Les Patriotes de l’UQTR représentent un beau succès sur la scène du hockey universitaire masculine, en D1.

L’Université de Sherbrooke en mode observation

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le projet de bonification de l’offre en hockey au niveau universitaire poursuit son chemin. La création éventuelle d’une division 2 en hockey universitaire, un projet mené par Stéphane Auger du RSEQ, sera présenté aux universités intéressées d’ici peu. Et l’Université de Sherbrooke a l’intention de participer aux rencontres.

Toutes les parties interrogées en marge de ce dossier s’entendent pour dire que toutes ces discussions sont préliminaires.

Outre l’UQAM, qui a publiquement annoncé son intention de lancer son programme de hockey masculin d’ici 2022, les autres universités interrogées sont plutôt en mode observation. Pour l’instant. Et c’est le cas de l’Université de Sherbrooke.

La direction des communications du Centre sportif de l’Université de Sherbrooke a fait parvenir cette déclaration à La Tribune, en réponse aux questions à ce sujet.

« Nous n’en sommes qu’aux étapes préliminaires dans ce dossier. Une première prise de contact a été faite récemment auprès du Vert & Or. Des informations plus détaillées et une rencontre sont à prévoir prochainement. On va donc participer à la démarche et nous pourrons ensuite mieux évaluer la situation », a dit Jean-Pierre Boucher, directeur général du Service du sport et de l’activité physique de l’Université de Sherbrooke.

L’Université de Sherbrooke a déjà un programme de football masculin, deux équipes de volleyball (masculine et féminine), deux équipes d’athlétisme (masculine et féminine), deux équipes de natation (masculin et féminine) et deux équipes de soccer (masculine et féminine).

S’ajoutent des clubs sportifs comme le golf, l’Ultimate, le tennis, le badminton, le cheerleading, ainsi que le rugby (masculin et féminin).

Toutes ces équipes peuvent s’entraîner et disputer leurs parties à même les installations sportives disponibles à l’Université de Sherbrooke.

Ce qui ne serait pas le cas d’une éventuelle équipe de hockey.

Et est-ce que la présence d’une concession de la LHJMQ, le Phœnix de Sherbrooke, nuirait au projet?

Bishop’s se concentre sur les filles

De son côté, l’Université Bishop’s indique se concentrer d’abord et avant tout sur la première saison de son équipe féminine de hockey des Gaiters, prévue pour l’automne prochain.

L’équipe dirigée par Dominic Desmarais devait amorcer ses activités l’automne dernier, mais la pandémie de la COVID-19 a chamboulé tous les plans.

Il s’agira d’une première saison pour l’équipe féminine des Gaiters au sein du RSEQ, où elle rejoindra McGill, l’Université de Montréal et Concordia, au Québec, de même que Carleton et Ottawa, qui font aussi partie du RSEQ.

À la différence de l’Université de Sherbrooke, l’Université Bishop’s possède sur son campus l’aréna Jane et Eric Molson, inauguré en février 2015.

« Ce sont pour l’instant des discussions très exploratoires et préliminaires. Tous nos efforts sont présentement consacrés à notre équipe féminine. Alors même si on participe aux rencontres, ce n’est pas un projet qui est dans notre radar », a dit Marty Rourke, agent de communication pour les Gaiters.

L’Université Laval a clairement fait l’impasse sur un éventuel programme de hockey.