Félix Robert combat un virus et s’absentera du jeu pendant au moins une semaine.

Lourde perte pour le Phœnix

L’absence de Félix Robert chez le Phœnix de Sherbrooke se fera sentir lors du prochain voyage de l’équipe, ce week-end, à Chicoutimi et Baie-Comeau. Retiré de l’alignement jeudi soir avant la partie contre les Eagles du Cap-Breton, le vétéran de 20 ans est atteint d’un virus qui le tiendra à l’écart du jeu pendant au moins une semaine selon l’organisation.

Le premier diagnostic tombé jeudi soir était plus grave que le second. L’entraîneur du Phœnix s’attendait au pire, mais heureusement, les médecins ont rapidement confirmé qu’il ne s’agissait pas d’une mononucléose.

« Il sera tout de même absent ce week-end », a informé Stéphane Julien.

Au mieux, l’attaquant de Lambton pourrait revenir au jeu le vendredi 22 novembre à Drummondville, mais son état sera réévalué la semaine prochaine. Vincent Anctil (commotion cérébrale) et Bailey Peach (haut du corps) ont également regardé la dernière partie du haut des gradins, ce qui force le Phœnix à jouer à effectifs réduits.

« C’est en plus un voyage très difficile qui nous attend ce week-end. Le mois de novembre est souvent déterminant et indique l’allure de la saison. Ce mois nous donne un bel aperçu du classement final. Je souhaite que mes joueurs gardent le focus et continuent de se diriger dans la bonne direction », souligne Stéphane Julien.

La séquence de 16 matchs consécutifs avec au moins un point de Robert n’a pas pris fin puisqu’il n’a pas du tout disputé la dernière partie. En 20 matchs, il a déjà collectionné 38 points, dont 15 buts.

Un record à la portée

Le Phœnix n’a pas perdu en temps règlementaire depuis le 2 octobre lors de son passage à Rouyn-Noranda. Depuis, le club sherbrookois a amassé 29 points à ses 15 derniers matchs. Son seul faux pas : une défaite en prolongation à Moncton. 

Le Phœnix présente désormais un dossier de 18 victoires, une défaite et deux revers en prolongation. Cette seule défaite en temps réglementaire en 21 matchs égale un record établi par les Wildcats de Moncton en 2008-2009. Si le Phœnix amasse au moins un point samedi et dimanche, il s’agira du meilleur début de saison de toute l’histoire après 22 matchs puisque les Wildcats s’étaient inclinés pour une deuxième fois en temps réglementaire à leur 22e match. Les Remparts de Québec et Guy Lafleur avaient quant à eux une fiche de 19-1 après 20 matchs, mais avaient perdu leur 21e partie à Sorel en 1970. 

Et même s'ils n’avaient que 17 victoires à leur 22e match, les Huskies de Rouyn-Noranda n’avaient subi qu’un seul revers en temps régulier en 2015-2016. C’est à leur 23e partie qu’ils ont subi leur deuxième défaite en temps régulier.

C’est donc dire que le Phoenix pourrait être la première équipe de l'histoire de la LHJMQ à afficher un seul revers à ses 23 premiers matchs.

Au classement de la LCH, le Phœnix se trouve donc au premier rang et a même vu deux de ses joueurs se démarquer sur la scène nationale lors de la dernière semaine. Alex-Olivier Voyer et Samuel Poulin ont en effet été nommés au sein de l’équipe étoile au Canada.

Cote C pour Hlavaj et Guay

Malgré les statistiques impressionnantes du gardien Samuel Hlavaj, le portier de 18 ans s’est vu décerner une cote de C par la Centrale de recrutement de la Ligue nationale de hockey, qui a dévoilé sa liste de novembre des joueurs à surveiller en vue du repêchage de la LNH de 2020, tenu à Montréal à la fin du mois de juin prochain.

Hlavaj affiche pourtant une moyenne de 1,92 but accordé par match et un taux d’efficacité de .931. Son dossier est d’autant plus impressionnant : 12 victoires et deux défaites. 

Le seul point qui ne joue pas à sa faveur : son âge, sachant que la plupart des autres espoirs ont 17 ans.

« Je ne pense pas nécessairement au repêchage ou à la présence des recruteurs, explique-t-il. Je reste dans ma bulle et je pense uniquement à la prochaine partie ou au prochain tir quand je suis sur la glace. Je crois toutefois que c’est une bonne chose pour moi d’être le gardien de la meilleure équipe au Canada actuellement. »

Notons que les joueurs ayant reçu une cote A sont projetés comme étant des choix de première ronde, alors que la cote B englobe les rondes deux et trois et la cote C, les rondes quatre à six.

Avec sept buts et neuf mentions d’aide en 21 parties, le Magogois Patrick Guay a également reçu une cote C, tout comme ses anciens coéquipiers chez les Cantonniers de Magog William Villeneuve, défenseur chez les Sea Dogs de Saint John, Simon Pinard, attaquant de l’Armada de Blainville-Boisbriand, et Rémi Poirier, gardien des Olympiques de Gatineau.