Cédric Thériault fut l’un des meilleurs pourchasseurs de quarts-arrière en 2017; il a réussi six sacs.

L'Ontario, une option de plus

Les universités ontariennes font de plus en plus de l’oeil aux footballeurs collégiaux québécois

L’un des membres de la dominante unité défensive des Cougars du Collège Champlain a choisi l’Ontario afin de poursuivre son parcours académique et sa carrière de football. L’ailier défensif Cédric Thériault évoluera désormais avec les Ravens de Carleton, où il rejoindra quelques anciens coéquipiers.

Ce n’est pas d’hier que les programmes universitaires ontariens font de l’œil aux joueurs collégiaux du Québec.

Un intérêt confirmé samedi en regardant l’alignement des Mustangs de l’Université Western, qui ont remporté la coupe Vanier face au Rouge et Or de l’Université Laval; 11 joueurs en provenance du Québec faisaient partie de la formation ontarienne.

Chez les Ravens, Thériault rejoindra le quart Michael Arruda et l’ailier défensif Frédérick Robitaille, des anciens coéquipiers chez les Cougars.

« J’ai aimé ma visite à Carleton et la ligue de l’Ontario m’intéresse particulièrement. Je crois qu’il y aura plus de compétition qu’au Québec où il n’y a que cinq équipes », a dit celui qui a été courtisé par McGill et Sherbrooke également.

« J’ai fait ma visite avec (Fred) Robitaille et l’entraîneur de la ligne défensive David Caron. Et c’est certain que les chances de gagner sont bonnes quand une équipe a Michael Arruda comme quart-arrière. J’ai gagné avec lui à Champlain. »

Cédric Thériault a terminé parmi les meilleurs joueurs pour la pression du quart en division 1 en 2017, avec six sacs. Il a aussi terminé l’année avec 20 plaqués, dont cinq pour des pertes.

Il a choisi le programme coopératif en Finances.

Plusieurs joueurs des Cougars et d’autres programmes collégiaux au Québec sont désormais sous la loupe des programmes universitaires ontariens.

Le fait que plusieurs entraîneurs ayant dirigé au Québec se retrouvent désormais en Ontario accélère la tendance, croit David Caron.

« Je pense simplement que nous avons un environnement différent et très intéressant à offrir à un joueur de football du Québec. Le support académique offert par Carleton à ses étudiants est très personnalisé et nous avons des installations sportives qui se comparent avec les meilleures au Canada. On cherche des étudiants-athlètes qui veulent faire la différence pour notre programme. Les jeunes du Québec qui ont opté pour Carleton dans les dernières années sont venus chez nous avec cette attitude », a dit celui qui a fait partie du personnel d’entraîneurs des Élans de Garneau de 2014 à 2016.
La qualité des joueurs de football issus du Québec ne fait pas de doute, assure ce dernier.

« Je crois que tout ça témoigne de la qualité du travail des entraîneurs au niveau collégial. Les jeunes qui sortent de la structure collégiale au Québec sont très bien préparés pour le prochain niveau. »