Le directeur général du Phoenix de Sherbrooke Jocelyn Thibault: « Pour le personnel d’entraîneurs, à proprement parler, tout le monde est sous contrat pour la prochaine saison, alors on est correct de ce côté-là. Notre intention, c’est certain, c’est de ne pas les perdre. »
Le directeur général du Phoenix de Sherbrooke Jocelyn Thibault: « Pour le personnel d’entraîneurs, à proprement parler, tout le monde est sous contrat pour la prochaine saison, alors on est correct de ce côté-là. Notre intention, c’est certain, c’est de ne pas les perdre. »

L’incertitude de bâtir une équipe

SHERBROOKE — Malgré l’incertitude actuelle entourant une reprise éventuelle des activités dans la LHJMQ, le directeur général du Phœnix de Sherbrooke Jocelyn Thibault doit continuer le boulot de préparation en vue de la prochaine saison et ce, peu importe la date à laquelle elle démarrera. 

En tout premier lieu, le Phœnix a annoncé jeudi une prolongation de contrat de deux ans pour tous les membres de département du recrutement. Le directeur Alain Préfontaine, de même que Denis Leblanc, Serge Beaufort, March Chamard et Denis Chassé ont vu leur bon travail récompensé.

« Depuis la fin de la dernière saison, ce qui était important pour nous, c’était de renouveler les contrats de nos recruteurs, qui venaient à échéance après la prochaine séance de recrutement », a dit Jocelyn Thibault.

Une quinzaine de joueurs de la dernière édition du Phoenix sont des produits du repêchage des Sherbrookois.

« Pour le personnel d’entraîneurs, à proprement parler, tout le monde est sous contrat pour la prochaine saison, alors on est correct de ce côté-là. Notre intention, c’est certain, c’est de ne pas les perdre. Il n’y a pas eu de discussions encore, mais c’est un dossier auquel on va s’attaquer prochainement », a confirmé le DG sherbrookois.

Avec un personnel de recruteurs bien en selle, le Phœnix poursuit sa préparation pour le prochain repêchage de la LHJMQ, qui doit avoir lieu en juin, comme prévu initialement, mais sous une forme différente (voir autre texte).

« On attend encore les directives officielles à ce sujet, mais de notre côté. On se prépare comme à l’habitude. On est à finaliser nos listes. Et si les consignes du gouvernement permettent de former des petits groupes, au-delà du 4 mai, on pourra mettre ça en commun avec le personnel hockey. Sinon, on trouvera un autre moyen. »

« Un drôle de repêchage »

De toute façon, le Phoenix ne sera probablement pas parmi les clubs les plus actifs lors de l’encan 2020; l’équipe n’a pas de choix de première ou de deuxième ronde.

Sherbrooke aura cependant un choix supplémentaire, compris à la fin de la deuxième ronde, et tout juste avant la troisième, acquis dans le dossier Cameron Whynot.

Le jeune défenseur des Maritimes avait refusé de joindre le Phœnix, qui l’avait repêché en première ronde l’an passé (9e au total). Il a par la suite été échangé aux Mooseheads d’Halifax, en compagnie d’un choix de troisième tour, en retour de Xavier Parent

« On a des choix de 4e, 5e et 6e tour cet été. C’est un drôle de repêchage, car on a moins de choix, d’abord et avant tout. En même temps, c’est une cuvée un peu moins profonde, explosive, que les dernières années. Mais tous les repêchages sont importants. »

Le Phoenix doit également continuer le travail en vue du repêchage européen.

Âgé de 20 ans, il était évident que l’Allemand Taro Jentzsch ne serait pas de retour avec Sherbrooke la saison prochaine.

Il a d’ailleurs signé un contrat en première division allemande, avec les Roosters d’Iserlohn.

« Ce repêchage euro est beaucoup lié au repêchage de la LNH. Et pour ça aussi, c’est un peu le néant; est-ce que le gars qu’on va repêcher, et Samuel Hlavaj s’il peut revenir avec nous, pourront venir ici à l’automne? Et si oui, quand pourront-ils le faire? Est-ce qu’on va avoir un camp d’entraînement? Il y a vraiment beaucoup d’inconnus dans plusieurs dossiers pour l’instant », a dit Jocelyn Thibault.

Idem pour l’identité des joueurs de 20 ans de l’équipe; les défenseurs Samuel Bolduc et Xavier Bernard devraient, selon toute logique, être de retour.

« Ils ont été repêchés dans la LNH, mais ils n’ont toujours pas signé de contrats professionnels. Leur situation va dicter notre marche à suivre dans le dossier des 20 ans pour l’an prochain. »

Impact financier

En plus d’être DG de l’équipe, Jocelyn Thibault en est l’un des copropriétaires. Au-delà des scénarios possibles d’un retour au jeu, et de tous les changements que cela implique, le coup financier sera dur. Pour tout le monde, dit-il.

« On va manger un coup dans les flancs, c’est certain. La chance qu’on a, c’est que la LHJMQ a de bons propriétaires, des gens de qualité. Mais pour les opérations, pour la rentabilité des équipes — on s’entend que personne ne fait ça pour faire de l’argent — ça va être un gros coup. Les chances qu’on joue des matchs hors concours sont nulles, si je me fie aux dernières directives de la Santé publique, qui interdisent des rassemblements jusqu’au 31 août. On devait commencer la saison vers la mi-septembre; ça va être difficile. Est-ce qu’on va reporter en janvier? Je ne sais pas. Ça prend une méchante boule de cristal pour prédire ce qui va arriver », a conclu le DG.