Les Harfangs du Triolet ont remporté le championnat provincial par la marque de 34-20 contre les Lynx d’Alma.

Ligue Mauricie cadet division 3 : la bannière pour les Harfangs

SHERBROOKE — Les Harfangs de l’école secondaire du Triolet ont réussi leur pari : ils ont été sacrés champions de la Ligue Mauricie catégorie cadet division 3 dimanche, après une troisième victoire contre les Lynx de la Polyvalente Wilbrod-Dufour d’Alma cette saison, par la marque de 34-20.

Avec une fiche presque parfaite en saison régulière (7-1), les Harfangs étaient les favoris, statut qu’ils ont pleinement mérité. Après la première demie, le score s’élevait à 21-14 en leur faveur. Ils ont gardé les devants jusqu’à la fin du match, disputé au Stade RBC du Triolet.

« Les gars ont respecté le plan de match à la perfection. On y allait avec ce qu’on était à l’aise de faire. Les gars ont donné leur 100 % et je peux juste être fier d’eux », a commenté l’entraîneur-chef de Sherbrooke, Vincent Fournier.

Il faut dire que la température n’a pas rendu la tâche facile aux deux équipes. Dimanche, le mercure atteignait à peine -10 degrés.

« La température c’est un aspect qu’on ne peut pas contrôler. On a pratiqué en dedans toute la semaine, c’est sûr que c’était une petite peur qu’on avait que la première fois qu’on joue dehors de la semaine c’est à la finale. Les gars ont bien répondu et ç’a donné ce qu’il fallait que ça donne. On ne peut pas avoir une meilleure saison que de finir avec le championnat », conclut Fournier.

Malgré le froid, la foule était au rendez-vous. Habillés chaudement, munis de trompettes et de pancartes, les proches des joueurs sont venus les réchauffer le plus possible avec leurs encouragements.

Tous la pelle à la main

Lorsque les Harfangs ont foulé le terrain du stade RBC, ils avaient en tête la cinquantaine de proches ayant travaillé toute la journée la veille pour y retirer la grande quantité de neige qui était tombée dans la dernière semaine.

« On devait monopoliser tous les gens possibles si on voulait tenir le match, on a eu une super belle réponse. Des parents, des joueurs de tous les niveaux, des amis, de la population... grâce à eux on a pu tenir le match. On a eu de l’aide de déneigeurs qui sont venus nous sauver vers 15 h. Les premières personnes sont arrivées vers 7 h 30 samedi, puis on a terminé vers 8 h le soir », explique Mathieu Lefebvre, entraîneur-cadre pour le programme de football du Triolet.

Lefebvre avoue que les joueurs étaient habités d’une excitation supplémentaire le matin du match final de la saison.

« Ils ont vu leurs parents travailler pour eux, donc il y avait une grande motivation pour eux de rendre la pareille à leurs partisans », termine-t-il.

Simon Potvin des Harfangs