L'entraîneur des Voltigeurs de Drummondville, Martin Raymond et son directeur général, Dominic Ricard.

Voltigeurs: être plus forts et plus rapides

Avant le début de la série face aux Foreurs de Val-d'Or, l'entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville, Martin Raymond, avait bon espoir de voir son équipe l'emporter et filer jusqu'au carré d'as de la LHJMQ. Plus la série avançait, plus il déchantait.
« Nous sommes très heureux de notre victoire contre les Tigres de Victoriaville, ça nous a tous libérés d'un poids, mais si on veut aller plus loin que ça dans les séries de fin de saison, il faudra être plus forts physiquement et plus rapides sur la glace », a analysé Raymond.
Afin de remédier à cette lacune, les Voltigeurs entendent miser sur les 15 joueurs qui seront de retour cette année, ceux qui se trouvent déjà dans l'organisation, ainsi que ceux qu'ils comptent acquérir au cours de la saison morte, soit par voie de transaction ou de repêchage. Ces derniers devront redoubler d'ardeur à l'entraînement afin d'être fin prêts cet automne lorsqu'on lancera les hostilités.
« Nous avons des bases solides, deux gardiens qui reviennent et des joueurs plus expérimentés. On a un travail à faire sur le recrutement et sur le développement physique de nos joueurs afin qu'ils soient plus robustes et qu'ils aillent chercher de la vitesse », a indiqué le directeur général, Dominic Ricard.
L'entraîneur-chef s'est également surpris du rendement du gardien de but des Foreurs Antoine Bibeau au cours des six rencontres de la série. Le cerbère originaire de Victoriaville a multiplié les arrêts clés afin de limiter les chances des Drummondvillois.
« On a un travail à faire sur le recrutement et sur le développement physique de nos joueurs. »
« Je n'avais pas anticipé que Bibeau allait être aussi fort. Ils avaient déjà une bonne attaque et des joueurs robustes. Bibeau a été solide devant le filet, ne nous laissant pas une grande marge de manoeuvre », a signifié Raymond.
Comme les Bruins et les Red Wings
Si les équipes qui aspirent aux grands honneurs cette saison dans le Circuit Courteau ont dû manger leur pain noir pendant quelques années, Dominic Ricard estime qu'il est maintenant possible de le faire sans passer par cette période de disette. Pour ce faire, il mise sur la mise en place d'une philosophie forte et un groupe de joueurs dévoués à la cause.
En ce sens, il se félicite de la nomination du Drummondvillois d'origine Charles-David Beaudoin au poste de capitaine et de la présence dans l'alignement de joueurs de la place comme Jérôme Verrier.
« On a un capitaine et un vrai qui représente bien ce qu'est un Voltigeur. On veut être les Bruins de Boston ou les Red Wings de Détroit de la ligue et être capables de rivaliser avec les meilleures équipes sans être obligés de toucher le fond du baril avant », a conclu Ricard.