Les Voltigeurs sont venus bien près d'ajouter un quatrième but.

Richardson pique une sainte colère après un revers de 3-1

Insatisfait du rendement des ses Tigres pour un troisième match consécutif, l'entraîneur-chef Bruce Richardson a piqué une sainte colère au terme d'un revers de 3-1 subi, mercredi  soir au Colisée Desjardins de Victoriaville, face aux Voltigeurs de Drummondville.
« C'est inacceptable, a-t-il répété à maintes reprises. Jouer comme ça chez nous, devant nos partisans, contre une équipe comme Drummondville, nous n'avons pas d'excuse. Si tu n'es pas assez crinqué pour jouer au hockey, tu es aussi bien de rester chez-vous », s'est-il exclamé.
Les Félins ont connu deux périodes difficiles avant de démontrer un peu de vigueur en troisième période. Manquant nettement de vitesse, ils ont été littéralement embouteillés par la défensive drummondvilloise. Après 40 minutes de jeu, ils ne comptaient que 13 lancers sur le filet de Louis-Philip Guindon.
De son côté, l'instructeur des Voltigeurs, Martin Raymond, a salué le travail des siens qui ont joué une bonne « partie sur la route », ne donnant que peu d'occasions de marquer aux locaux. Les Rouges avaient disputé de bons matchs lors de leurs quatre derniers duels, mais n'avaient pas été en mesure d'acheter une victoire.
« On est content de finalement obtenir un résultat. Lors de trois de nos quatre derniers matchs, nous avons obtenu plus de lancers au filet que l'équipe adverse, mais n'avons récolté qu'un point sur une possibilité de huit », explique-t-il.
Ironiquement, c'est contre son ancienne équipe que le défenseur Julien Leduc a disputé son premier match dans l'uniforme drummondvillois. Il a contribué à museler des Tigres peu affamés.
« C'est une belle addition pour nous. Il a permis de placer nos autres gars dans des chaises où ils sont plus à l'aise. Ça a changé nos matchups. Il a été solide ce soir », ajoute Raymond.
Les Victoriavillois se rendront à Québec, vendredi soir, pour y affronter les Remparts.