Jean-François Plante

Qui arrêtera les Tigres?

Avec une vingtaine de rencontres à disputer au calendrier régulier de la LHJMQ, les Tigres de Victoriaville ne sont peut-être pas où ils aimeraient être au classement général, mais ils traversent certainement une séquence qui leur donne confiance en vue des séries de fin de saison.
Les hommes de Yanick Jean ont remporté, samedi en fin de journée, une septième victoire consécutive. Après avoir vaincu la puissante Armada de Blainville-Boisbriand, ils ont pris la mesure cette fois des Islanders de Charlottetown. De toutes les formations du Circuit Courteau, seulement deux autres traversent une période aussi heureuse, les Mooseheads d'Halifax et le Drakkar de Baie-Comeau.
Force est d'admettre que le directeur général des Félins, Jérôme Mésonéro, a appuyé sur les bons boutons au cours de la dernière période des transactions afin de transformer une équipe qui n'allait nulle part en un groupe de joueurs qui jouent avec émotion et imagination. L'acquisition de Jean-François Plante du Phoenix de Sherbrooke semble être la pièce maîtresse du puzzle. Depuis son arrivée dans les Bois-Francs, le franc-tireur a amassé 14 points en 8 parties. Au cours de cette séquence, les Victoriavillois n'ont perdu qu'une seule fois.
Lui, Yan-Pavel Laplante et Cameron Yarwood ont permis d'ajouter le mot puissance au jeu de puissance des Tigres qui n'allait nulle part. Ce sont ces quelques buts inscrits avec un homme en plus qui font la différence au bout du compte. S'il n'a pas toujours été étincelant, François Tremblay compte tout de même sept gains à son actif depuis qu'il a dû prendre la relève de Brandon Whitney, blessé au cou. Il en compte maintenant 23 cette saison, un sommet personnel.
Troisième blanchissage en cinq pour Guindon
Une semaine après avoir remporté le titre de joueur de la semaine dans la LHJMQ, le gardien des Voltigeurs de Drummondville a poursuivi sur sa lancée ce week-end, n'accordant qu'un seul but en deux rencontres et récoltant un troisième blanchissage en cinq présences entre les poteaux.
Malheureusement, son brio n'aura pas permis à son équipe de l'emporter, samedi soir, face à l'Océanic de Rimouski. Philippe Desrosiers a finalement eu le dessus dans ce duel de gardien de but en tirs de barrage, permettant aux siens de se sauver avec un gain de 2-1.
Hier, les hommes de Martin Raymond n'allaient pas laisser pareille chance aux Islanders de Charlottetown, marquant à six reprises et ne laissant que filer que 14 lancers sur la cage de Guindon.