Le directeur général des Tigres de Victoriaville Kévin Cloutier.

Les Tigres préparent la prochaine saison

S'il n'a pas encore complété de transaction, le directeur général des Tigres de Victoriaville, Kévin Cloutier, est particulièrement actif sur le téléphone depuis quelques jours dans le but d'améliorer son équipe en vue de la saison 2017-18.
Il a déjà amené quelques joueurs de 18 ans dans la région et il sera à la recherche d'autres patineurs de cette catégorie d'âge afin de garnir le noyau qui arrivera à maturité la saison prochaine. Il a quelques candidats dans sa mire.
« J'ai un plan en tête et il y a des discussions, mais je ne sais pas encore ce que ça va donner. On va voir au cours des prochains jours », explique-t-il.
Il faut dire que les Félins n'ont pas beaucoup de monnaie d'échange afin de greffer de nouveaux éléments. Certes, ils laisseront partir un de leurs quatre joueurs de 20 ans en fonction des offres sur la table. Ils pourraient également se départi d'un ou deux de leurs cinq vétérans de 19 ans si nécessaire.
« Il n'y a pas de joueur d'impact qui va changer d'équipe. Tous ceux qui vont contribuer à nos succès la saison prochaine demeureront ici », statue-t-il.
Vu les récents succès des siens - ils ont obtenu au moins un point dans huit de leurs dix derniers matchs -, Cloutier aurait pu être tenté d'ajouter un joueur d'impact ou deux à son alignement dès cet hiver afin de tenter de remporter les grands honneurs. En fait, ses Tigres font mieux depuis le début de la campagne que les Saguenéens de Chicoutimi qui, pourtant, ont décidé d'y aller le tout pour le tout. Il ne sent toutefois pas d'urgence en ce moment.
« C'est vrai que nous avons connu du succès au cours de nos 15 derniers matchs. Nous faisons preuve de beaucoup de caractère et il y a une chimie qui s'est installée. Nous sommes toutefois encore jeunes comparativement aux autres équipes. Nous n'avons qu'un joueur de 19 ans à l'attaque. Nous serons à maturité l'an prochain », analyse-t-il.
L'allure des transactions a également semblé jeter une douche froide sur le directeur général. Il est assez rare que des échanges aussi importants soient annoncés une dizaine de jours avant l'ouverture de la période des transactions.
« C'est assez spectaculaire ce qui se passe. Les autres années, les équipes attendaient un peu avant d'annoncer leurs ententes », lance-t-il.