Vitalii Abramov et Yakov Trenin ont étourdi le Phoenix de Sherbrooke vendredi soir au centre Guertin. Abramov a récolté trois buts et cinq points et Trenin a inscrit trois points.

Les Russes malmènent le Phoenix

La filière russe des Olympiques de Gatineau s'est occupée du Phoenix de Sherbrooke vendredi soir au centre Robert-Guertin.
Vitalii Abramov a inscrit un tour du chapeau en plus d'ajouter deux passes alors que Yakov Trenin a fourni un but et deux passes pour propulser les Olympiques à une victoire de 6-2. Il s'agit d'un septième gain consécutif pour la troupe d'Éric Landry. Le Phoenix a quant à lui mis fin à une courte série de deux victoires.
Il faut dire que le Phoenix était privé de son arme secrète pour sa dernière visite de la saison à Guertin. Anderson MacDonald avait été la bête noire des Gatinois cette année en marquant pas moins de huit buts en quatre parties malgré ses 16 ans. Blessé, il n'a pas pu venir hanter les Olympiques vendredi. C'est donc Vitalii Abramov qui y est allé d'un match de trois buts pour dépasser le plateau des 40 filets durant le match. Le Russe de 18 ans a maintenant 41 buts à son actif.
Auteur d'un but et d'une passe à son dernier match en carrière à Gatineau, le Thursolien Julien Pelletier a avoué manquer son coéquipier MacDonald après la rencontre.
« Plus tôt cette saison, c'est Anderson qui récoltait des tours du chapeau contre les Olympiques. Il l'avait fait deux fois, mais ce n'est pas pour ça que nous avons perdu ce soir. Gatineau n'est plus la même équipe depuis les Fêtes. Leurs meilleurs joueurs ont fait la différence : Abramov, Trenin, MacEwen. Leur gardien (Tristan Bérubé) a aussi bien joué. Leurs troisième et quatrième trios n'ont pas fait d'erreurs. Les Olympiques jouent beaucoup plus en équipe », a constaté celui qui aura au moins fait plaisir à une partie des spectateurs venus voir son dernier match dans son aréna local.
S'il était content d'avoir participé aux deux buts des siens, Pelletier aurait préféré ajouter deux points au compteur du Phoenix qui se bat pour une place dans les séries éliminatoires de la LHJMQ.
« Ce n'est pas le résultat souhaité. En même temps, avant cette année, j'avais toujours de la misère quand je jouais ici. Mes parents disaient toujours à leurs amis que je jouais bien, mais quand j'arrivais à Guertin, je ne récoltais pas de points. Ça m'a fait du bien de compter ce soir parce que ça devait faire sept matches que je ne l'avais pas fait », a ajouté celui qui a amassé cinq points en quatre matches contre l'équipe de son patelin cette saison.
Auteur d'une deuxième victoire consécutive comme gardien partant, Tristan Bérubé lui a volé un but en première période. Vitalii Abramov a ensuite traversé la patinoire pour donner une priorité de 2-0 aux Olympiques.
L'entraîneur-chef Éric Landry a bien aimé ce qu'il a vu de son gardien, qui semblait plus confiant qu'à son dernier départ. « Il a fait de gros arrêts quand le match était encore serré. On le sentait plus à l'aise à la suite de sa première victoire. »
Bérubé a affronté 28 tirs vendredi. Hugo Roy a été l'autre membre du Phoenix (22-31-3) à déjouer sa vigilance. À l'autre bout, Evan Fitzpatrick a reçu 38 tirs. À part Abramov et Trenin, il y a Ryan O'Bonsawin qui a inscrit son premier but en carrière dans la victoire. Mitchell Balmas a complété le pointage.
Blanchi dans son duel de mercredi contre Tyler Boland de l'Océanic de Rimouski mercredi, Abramov a répondu de façon électrisante deux jours plus tard devant une bonne foule de 2348 spectateurs.
« Je n'étais pas frustré. J'avais eu de bonnes chances et il suffisait de continuer à travailler fort et les buts allaient finir par arriver. Ça fait du bien de gagner un septième match de suite, mais il nous reste deux autres matches à jouer ce week-end et il faudrait être prêt, car nous voulons étirer la séquence le plus longuement possible. »
Le match a également donné lieu à un solide combat entre Jeffrey Durocher et le vétéran Cody Donaghey en troisième période. Étonnamment, c'est le plus jeune des deux qui a réussi à coucher l'autre.
Avec cette victoire, les Olympiques (26-26-4) ont atteint la barre psychologique de ,500 pour la première fois de la saison.
Julien déçu de sa troupe
À la suite d'une victoire émotive de son équipe mercredi, Stéphane Julien s'attendait à une meilleure prestation des siens contre les Olympiques de Gatineau. L'effet électrochoc aura finalement été de courte durée.
Si les Sherbrookois espéraient que la partie contre les Tigres de Victoriaville devienne le point tournant de leur fin de saison, rien n'a paru vendredi soir à Gatineau.
« Je suis très déçu, a admis le pilote des Oiseaux sur les ondes de MaTV. On a connu un mauvais match et dès le départ, on a mal joué. Les revirements ont été coûteux, mes joueurs n'étaient jamais les premiers sur la rondelle et même si Evan Fitzpatrick a tenté de nous garder dans la partie, on n'a pas été en mesure de rivaliser. Mes défenseurs ont connu une soirée particulièrement difficile. »
Avec la défaite en tirs de barrage contre les Saguenéens de Chicoutimi, le Drakkar de Baie-Comeau a empoché un point et rejoint le Phoenix au classement. Sherbrooke se trouve désormais au 17e rang, ce qui l'exclurait des séries si la saison se terminait aujourd'hui.
Notons que les Voltigeurs de Drummondville possèdent également 47 points et ont toutefois disputé une rencontre de moins que les Sherbrookois, tout comme le Drakkar. Le prochain match aura lieu dimanche, à 15 h, au Palais des sports contre L'Armada de Blainville-Boisbriand. Jérôme Gaudreau