Le Titan étire la léthargie des Tigres

L'édition des Tigres de Victoriaville qui a remporté 13 rencontres consécutives au cours des dernières semaines semble s'être volatilisée. Après avoir été réduite au silence par Blainville et Rimouski, la troupe de Yanick Jean s'est inclinée devant ses partisans par la marque de 4-2, face au pauvre Titan d'Acadie-Bathurst.
« On est sur une moins bonne séquence. On a moins confiance en nous offensivement. On tient nos bâtons un peu plus serrés. Il va falloir qu'on trouve le moyen de gagner », a indiqué l'entraîneur-chef des Félins.
Les locaux avaient pourtant pris les devants 2-0 en début de deuxième période et ils semblaient avoir le vent dans les voiles jusqu'à ce qu'ils connaissent un passage à vide d'à peine une minute en toute fin d'engagement. Péchant possiblement par excès de confiance, ils ont cessé de travailler et multiplié les erreurs individuelles.
Les Tigres ont encore laissé leur gardien de but Brandon Whitney à lui seul à mi-chemin en troisième et Raphaël Lafontaine en a profité pour enfiler le but gagnant. À sa première sortie depuis sa grave blessure au coup, le grand Néo-Écossais a bien fait, mais ce ne fut pas suffisant pour l'emporter.
« Nous devrons corriger quelques petites choses, apprendre de ça. Ça n'a pas été évident pour Brandon, nous avons accordé beaucoup de chances de marquer », a analysé Jean.
Une première en 14 matchs
Ce revers de l'équipe que tous considéraient comme une puissance il y a à peine une semaine est d'autant plus surprenant qu'il survient face à une formation qui s'était inclinée à ses 13 derniers affrontements. On pouvait d'ailleurs entendre les joueurs du Titan célébrer plus qu'à l'habitude en fin de match.
« Ça fait un bout de temps qu'on s'enseigne à nos joueurs qu'avec une structure et de l'effort, on a nos chances de gagner. Je suis fier de mes gars et de la façon dont ils ont répondu. Ce n'était pas un défi facile contre une équipe comme les Tigres. Nous avons gardé la partie simple », a signifié l'instructeur du Titan, Ron Choules.
Les Tigres tenteront de se réorganiser rapidement, eux qui traversent une séquence de cinq matchs en sept soirs. Ils se mesureront notamment aux Remparts de Québec demain soir.
« La pire chose qu'on peut faire pour l'instant, c'est de paniquer. L'éthique de travail est là, reste plus qu'à exécuter », a insisté Yanick Jean.