Brandon Whitney

Hécatombe chez les Tigres

Jamais depuis la création de la franchise en 1987 l'infirmerie des Tigres de Victoriaville n'a été bondée de cas aussi graves. Avant même le premier match de la saison régulière, on savait que Tommy Veilleux et Jonathan Diaby allaient rater plusieurs mois d'activités. Depuis, Alex Filiatrault, Tommy Veilleux (encore) et, plus récemment, Tristan Pomerleau et Brandon Whitney ont vu la malchance s'abattre. Deux d'entre eux ont même frôlé la mort.
La séance d'entraînement de mardi matin a bien failli se transformer en drame pour la famille des Tigres de Victoriaville lorsqu'un lancer anodin lors de la période d'échauffement s'est logé tout juste sous le masque du gardien de but Brandon Whitney. Ce dernier a reçu la rondelle en pleine gorge et s'est retrouvé en détresse respiratoire.
«Il s'est mis à paniquer pendant peut-être 20 ou 30 secondes, il n'arrivait plus à respirer», a raconté l'entraîneur-chef de la formation,Yanick Jean, qui se trouvait à proximité.
Le cerbère a alors eu le réflexe de porter sa main à sa gorge et est parvenu à déplacer les os qui obstruaient son système respiratoire.
<p>Le capitaine des Tigres, Tristan Pomerleau</p>
Pomerleau a vu la mort de près
Tristan Pomerleau était loin de se douter qu'il frôlerait la mort, le 15 décembre dernier, lorsqu'il a chaussé les patins face aux Foreurs de Val-d'Or. Aux prises avec des crampes abdominales, il a disputé une rencontre avec l'appendice sur le point d'éclater.«On pensait que c'était une gastro. J'avais les mêmes symptômes : je vomissais, j'avais mal au ventre. J'ai décidé de jouer pareil. Après le match, j'étais plié en deux», a raconté le défenseur de 17 ans.
À la fin de la partie, la douleur est devenue à ce point intense qu'il a été transporté à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska où on lui a diagnostiqué une péritonite. Il a été opéré d'urgence une première fois, puis on l'a réopéré quelques jours plus tard afin de retirer l'excédent de pus. Il a ensuite été transporté à l'hôpital de Rivière-du-Loup afin de passer le temps des Fêtes près de sa famille. Après deux semaines et demie d'hospitalisation, il a enfin pu regagner le domicile familial la semaine dernière.
Textes complets dans La Tribune de vendredi.
Abonnement à la version électronique: