Carl Neill

«À moi de prouver que le Phoenix a fait le bon choix»

«L'organisation me fait confiance et c'est à moi de prouver maintenant qu'elle a fait le bon choix et d'amener les plus jeunes là où ils veulent être.»
Comme l'avait annoncé en primeur La Tribune, Carl Neill a officiellement été nommé capitaine du Phoenix de Sherbrooke mercredi matin.
Neill admet qu'il n'a pas été pris au dépourvu lorsque l'organisation lui a fait part de ses intentions d'en faire le troisième capitaine de sa jeune histoire.
«C'est une belle surprise même si je m'y attendais un peu, mais c'est sûr que c'est une bonne nouvelle, s'est-il réjoui.»
Il n'est pas sans savoir que la maturité qu'il a acquise après avoir été ignoré au repêchage de la LNH en 2014 et avoir été inquiété par une opération au coeur a joué un grand rôle dans cette décision, une maturité que l'organisation souhaite sans doute le voir transmettre à ses plus jeunes coéquipiers.
«Ce sont des événements qui m'ont aidé à changer en tant que personne. J'étais aussi entouré de bons leaders comme Aaron Hoyles et Cameron Darcy, qui m'ont permis d'apprendre à en être un bon leader moi aussi, à demeurer positif.»
Un rassembleur
Au cours de la dernière année, où il s'est démarqué sur la glace par son éthique de travail et en connaissant sa meilleure saison avec un total de 40 points dont 14 buts en 63 matchs, Carl Neill s'est également révélé comme un véritable rassembleur vers qui les autres joueurs pouvaient se tourner à l'extérieur de la patinoire. En guise d'anecdote, c'est un appel du numéro 32 que Alexis Vanier et Owen Bennington ont reçu pour leur souhaiter la bienvenue à Sherbrooke lorsqu'ils ont été acquis par le Phoenix lors de la période des échanges.
«C'est ce que j'essaie de faire, de rassembler, souligne le nouveau capitaine. Au point où l'on est rendu en tant qu'équipe, c'est ce qui va faire la différence au niveau des résultats, d'être une équipe unie, et je vais faire ce que je peux pour y arriver.»
Pas d'hier
Du côté du personnel hockey du Phoenix, on soutient qu'on n'a fait que confirmer le choix des joueurs en accolant la lettre «C» sur le chandail de Neill.
«Je l'ai dit à la fin de la saison, ce n'est pas parce qu'on n'avait pas de joueurs qui portait le C» qu'on n'avait pas de capitaine, mentionne le directeur général Patrick Charbonneau. Carl, ce n'est pas d'hier qu'il l'est. Aux yeux des joueurs, ça doit déjà faire depuis janvier ou février; on ne fait qu'officialiser leur choix.»
«Dans le vestiaire il était devenu un incontournable, atteste l'entraîneur-chef Judes Vallée. On est content et on est heureux que ce soit un gars qui est là depuis le tout début et qu'à 19 ans il fasse sa marque.»
Carl Neill succède dans son nouveau rôle à Jonathan Deschamps, qui a été le capitaine lors de la saison 2013-2014. Le Sherbrookois Alexandre Comtois avait été le premier capitaine de l'histoire de la formation lors de la saison inaugurale en 2012-2013.
Pour l'assister dans sa tâche, Neill pourra compter sur Jérémy Roy et Daniel Audette. Un troisième assistant devrait être nommé au début de la prochaine saison, a indiqué le Phoenix.