L'entraîneur-chef Mathieu Lecompte, en compagnie de ses deux joueurs américains, Tyree Harris et Jermer Braswell, de même que le coordonnateur offensif du Vert & Or Brent Bailey.

L'expérience d'une vie pour Braswell et Harris

« Bonjour, comment ça va ? »
Jermer Braswell et Tyree Harris étaient en séance vidéo avec le coordonnateur à l'attaque du Vert & Or Brent Bailey, vendredi matin, quelques heures avant leur retour en Floride.
Les deux joueurs américains ont passé la semaine à Sherbrooke afin de se familiariser avec les installations de l'équipe, se trouver un logement pour l'automne et pour rencontrer leurs futurs coéquipiers.
Et, visiblement, ils ont déjà appris quelques mots de la langue de Molière lors de cette courte visite.
Le projet de l'entraîneur-chef Mathieu Lecompte de recruter des joueurs de talent à l'extérieur du Québec et même du Canada prend tranquillement forme.
Les deux jeunes hommes originaires de la Floride ont été acceptés à l'Université de Sherbrooke pour la session d'automne.
Ils ont profité de leur passage à Sherbrooke pour finaliser leur programme d'études en administration et leur cours de francisation.
Ce n'est pas la première fois qu'une équipe sportive du Vert & Or recrute à l'international ; on se rappelle les frères Ibrahim et Ben Youssef Méité (athlétisme), qui sont débarqués à Sherbrooke en provenance de la Côte d'Ivoire, ou encore Roxanne Hasseni (France), qui fut une figure marquante pour l'équipe de volleyball féminine.
Seulement, c'est la première fois que Sherbrooke accueille des Américains au sein de son programme de football.
« Notre évaluation à la suite du camp d'entraînement de l'équipe, début mars, était que l'on devait impérativement améliorer le niveau de talent chez les receveurs de passes. Je crois qu'on a réussi à le faire grâce à l'arrivée de ces deux joueurs », a dit l'entraîneur-chef Mathieu Lecompte.
Originaire de Lake Worth, Jermer Braswell (6'2 et 205 livres) est le fils du secondeur Jeff Braswell, qui a joué dans la LCF et dans la NFL. Sa dernière équipe fut les Governors d'Austin Peay State University (NCAA division 1 FCS)
Quant à Tyree Harris (6 pieds 3, 195 lbs), il est originaire de Marietta en Georgie et il a joué avec les Demon Deacons en NCAA en division atlantique (FCS).
« Tout le monde est vraiment gentil jusqu'à présent, on nous fait sentir à la maison, et c'est très bien. Tout ce que je veux, c'est d'aider l'équipe à gagner un championnat.
Je ne suis pas un joueur à la Randy Moss, qui veut sauver l'équipe. Je veux faire partie de la solution et aider l'équipe à gagner. »
« Je voulais essayer quelque chose de différent, quitter les États-Unis, débarquer dans un nouvel environnement, voir une autre version du football, connaître de nouvelles personnes. Je sens que le "'vibe"' et l'énergie sont bons ici, je me sens déjà comme à la maison. Je veux contribuer et aider l'équipe à mettre des points au tableau et à gagner des matchs », a continué Tyree Harris.
« Venir au Canada, pour moi, ce n'est pas juste une opportunité pour le football, mais peut-être aussi la possibilité d'avoir une nouvelle vie, un travail, élever une famille. Je viens d'un endroit où la vie n'est pas toujours facile ; débarquer ici, c'est une bénédiction. Je veux en profiter au maximum, c'est une expérience qui peut changer une vie », a-t-il poursuivi.
Les deux joueurs n'ont pas perdu de temps à se familiariser avec le français ; déjà, ils maîtrisent plusieurs mots d'usage et ils entendent bien poursuivre l'immersion à leur retour à Sherbrooke, début août.
« À l'inverse, ils vont aussi aider leurs coéquipiers à apprendre l'anglais. C'est une avenue qui intéresse plusieurs joueurs, comme Jean-Raphaël Moisan, qui complète une maîtrise en business. Il sait qu'il doit améliorer son anglais s'il veut maximiser son potentiel. Tout le monde va en profiter », a poursuivi Mathieu Lecompte.
« La barrière de la langue ne m'effraie pas du tout ; dans le sud de la Floride, il y a une grande diversité culturelle, avec des Latinos, des Asiatiques. Je ne vois pas cela comme un obstacle », a dit Jermer.
Les deux joueurs quittent le Canada samedi en direction de la Floride. Ils seront de retour début août.
Un tonique pour l'attaque du Vert & Or
L'évaluation de la saison 2016 du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke fut relativement facile à faire ; exclue des séries du football universitaire québécois pour la première fois depuis 2009, l'équipe des Verts avait grande difficulté à marquer des points.
C'était la première année après le passage de Jérémi Roch, et la recrue Alex Jacob Michaud, de même que le vétéran Jean-Christophe Bourque-Saint-Hilaire, ont eu toutes les difficultés du monde à faire fonctionner l'attaque.
Résultat ? Seulement 148 points marqués en huit matchs, le deuxième plus bas total de la conférence Québec.
Difficile de gagner des matchs dans ces conditions.
Débarqué à Sherbrooke à la fin 2016 après un passage chez les Gaiters de Bishop's, le nouveau coordonnateur offensif Brent Bailey est à plancher sur une nouvelle attaque pour 2017.
Et l'arrivée des deux joueurs américains, deux receveurs de passes, tombe juste à point.
« Ce sont deux athlètes incroyables. Ils ajoutent du dynamisme et toutes sortes de nouvelles possibilités à notre offensive. Nous sommes à rebâtir l'attaque afin qu'elle soit plus diversifiée, et ça nous prend des gars qui peuvent réaliser le gros jeu », a dit Bailey.
« Tyree peut aussi jouer comme quart-arrière, il est le type "zone-read" et ça aussi c'est très intéressant pour nous. Ce sont deux gros "playmakers" et nous sommes très contents de les avoir avec nous. »
Bailey, qui améliore son français à chaque entrevue, indique qu'il ne prévoit aucun accroc dans la transition des Américains vers le football canadien.
« C'est toujours plus facile au poste de receveur. Ils devront s'habituer aux différents mouvements demandés avant que le ballon ne lève, ainsi qu'aux dimensions du terrain. Le talent est là, les habiletés aussi. Je crois qu'ils vont intégrer ces données rapidement. Ils ont tous les deux une connaissance aiguë du football. »
« C'est aussi le meilleur timing pour eux, car tout le monde est à peu près au même point d'apprentissage du nouveau système. Ils sont seulement quelques mois de retard, un retard qu'ils vont combler rapidement. »
La direction du SSAP approuve
L'arrivée des joueurs américains au sein de l'équipe de football du Vert & Or est une bonne nouvelle pour le programme, confirme Jean-Pierre Boucher, directeur du service du sport et de l'activité physique.
« C'est une opportunité pour nous de voir s'il y a là un bassin de joueurs intéressants. Mathieu (Lecompte) a travaillé fort pour que tout soit fait dans les règles de l'art. Pour qu'un étudiant athlète puisse faire du sport chez nous, il doit être admis à un programme d'études. C'est la même situation pour tous les étudiants internationaux, comme on le fait pour l'athlétisme ou le soccer, par exemple. On va bien les accueillir et les encadrer. »
« Notre programme de francisation est très intéressant à ce sujet. Les gars vont commencer par ça. On va regarder la situation de près, dans leur intérêt. Tout ça est une bonne nouvelle en soi. Plusieurs services de l'Université ont été mis à contribution dans ce dossier », a dit M. Boucher.