Clément Beauchemin, Wayne Wilkins et Jean-Claude Bernier sont les fiers gardiens du paddock du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt.

L'excitation monte au Grand Prix de Valcourt

Le décompte est commencé avant le Grand Prix de Ski-Doo de Valcourt. Sur le terrain, l'excitation commence à se faire sentir. L'ovale de glace est prêt et hier, il ne restait que quelques préparatifs à compléter. Mais avant l'arrivée des coureurs, un tour du paddock s'impose. Après tout, c'est toujours là que l'action se fait sentir en premier.
Le responsable du paddock, Wayne Wilkins, occupe son poste depuis au moins 27 ans. Encore aujourd'hui, il aime être celui qui accueille les coureurs, leur équipe et leur camion-remorque. « C'est une question de respect. C'est comme ça que ça marche. Les coureurs, ils ont fait 32, 36 heures de route, mais ils sont toujours de bonne humeur quand ils arrivent », confie-t-il.
Son paddock, qui était vide hier, sera bientôt rempli de camions. Au moins 160 en tout, peut-être plus si tout va bien. « Cette année, j'ai entendu dire qu'il y aurait beaucoup de coureurs. Je me prépare, mais j'ai entendu les coureurs dire qu'ils voulaient venir, mais ça, on ne sait jamais », raconte-t-il.
Mais sur le paddock de Wayne, tout le monde est le bienvenu. Il a d'ailleurs un espace libre pour ceux qui décideraient de venir. Une autre section est dédiée aux gagnants du circuit Yvon-Duhamel de l'an dernier. Malcom Chartier d'abord, puis Travis MacDonald et Dustin Wahl, tous de retour cette année.
Un espace pour le grand Jacques
À leurs côtés, un espace laissé vide, délimité par quatre cônes orange. Un endroit vide, mais symbolique, dédié au vétéran Jacques Villeneuve qui assistera cette année au GPV comme spectateur et invité d'honneur. « Ça c'est pour vous dire tout le respect que le Grand Prix porte à Jacques », rapporte-t-il.
Tout à côté, Wayne a également gardé une place au coureur Jason Lavallée, le Drummondvillois qui a remporté le CPT l'an dernier et qui domine encore cette année le classement. C'est une question de « respect », souligne à nouveau Wayne.
« Ça fait 27 ou 28 ans que je suis ici, mais je ne compte plus les années. Pour moi, c'est une grande famille, ce sont tous mes enfants », admet-il. Et comme le paddock est une histoire de famille, Wayne a aussi un bras droit sur le terrain, Jean-Claude Bernier. « J'adore faire ça. On a une responsabilité ici. [...] C'est toujours, toujours, toujours une fierté pour nous. À partir du 1er janvier, on commence à penser aux courses. On a hâte », mentionne-t-il.
Un autre membre s'est récemment joint à leur équipe. Il s'agit de Clément Beauchemin, dont le fils travaillera lui aussi sur le paddock au cours de la fin de semaine. Tous sont des bénévoles de longue date, accros au Grand Prix et à l'ambiance qui y règne. « On ne voit pas le temps passer. C'est seulement le dimanche soir quand c'est fini qu'on ressent toute la fin de semaine », conclut Jean-Claude Bernier en riant.
Outre le paddock, il y a aussi les pistes qui sont prêtes, l'ovale de glace comme la piste de snocross. « Tout est prêt depuis un bout. De la neige on en a eu en masse et la glace est belle », affirme Guy Laverdure. C'est lui qui s'occupe depuis 33 ans du circuit Yvon-Duhamel. Il a commencé avec son père et maintenant, ce sont ses fils qui l'aident à accomplir ce travail.
Il prévoit une belle fin de semaine de course. « On va avoir une belle température pour le Grand Prix, ça va être parfait », confirme-t-il. Sur les pistes comme sur le paddock.