Les Lions n'étaient pas venus jouer au hockey

L'image du midget AAA a été entachée samedi à l'aréna de Magog lors du passage des Lions du Lac St-Louis. S'il y a un circuit de hockey au Québec dont la réputation est blanche comme neige au chapitre de la rudesse excessive, c'est bien le circuit Denis Baillargé.
Deux ou trois parties comme celle de samedi à Magog et disons qu'il y aurait tout un travail de reconstruction à amorcer. Pas de blessés graves sur la glace ni d'intervention policière, de sorte que cette partie pourrait sombrer dans l'oubli, d'autant plus qu'elle a eu lieu dans le cadre de la Coupe Dodge plutôt que dans les séries de championnat. Ce serait une grossière erreur de passer l'éponge.
Les Lions n'étaient pas venus pour jouer au hockey. Quiconque suit les activités de la Ligue midget AAA depuis plusieurs années (et j'en suis) avait vu venir ça des kilomètres à la ronde. Votre humble serviteur avait même misé juste auprès de connaissances avant le début de la partie en identifiant les joueurs à surveiller chez les Lions en cas de débordement. Le jeu robuste est bien ancré chez les Lions depuis belle lurette. Au cours des deux dernières saisons, le Lac St-Louis a été, et de loin, le club le plus pénalisé de la ligue.
Personne ne reprochera aux Lions de jouer la carte de la rudesse, voire même de l'intimidation, si ça ne met pas en péril la sécurité des joueurs adverses sur la glace. Et que ça ne tourne pas en cirque comme samedi à l'aréna de Magog.
Des mises en échec par derrière à profusion, faucher les patins, des punitions pour double-échec, rudesse, coups à la tête, tout y était. J'oublie les scènes loufoques où certains Lions tentaient désespérément de s'en prendre aux joueurs de Félix Potvin en les pourchassant partout sur la glace. Ou encore aux bâtons fracassés au banc des pénalités. Bilan de cette bouffonnerie : 133 minutes de punitions aux Lions, contre 28 pour Magog. Pas 128, mais bel et bien 28. Difficile de blâmer les officiels avec un écart aussi grand. Y'a toujours bien des limites.
Ce match midget AAA était suivi d'une partie novice C dans le cadre des Championnats régionaux de Hockey Estrie. Pour ces jeunes et plusieurs de leurs parents, il s'agissait d'un premier contact avec le midget AAA. Ouf! Plusieurs auraient souhaité ne jamais voir ce spectacle dégradant mettant en vedette des hockeyeurs de 15 à 17 ans.
En montant dans leur autocar après la partie, les joueurs des Lions affichaient tous un beau sourire. Comme si leur mission était accomplie. Ça aussi c'est inquiétant. J'ose espérer, et je le crois sincèrement, que l'entraîneur Jon Goyens se manifestera auprès de ses joueurs, même si leur saison est terminée, pour leur adresser des reproches et les ramener sur terre.
La Ligue midget AAA du Québec a un oeil au beurre noir ce matin. Dommage, car elle ne mérite pas ça, mais pas du tout.