Les Wildcats de Moncton ont jonglé avec leurs gardiens Francis Leclerc et Charles-Antoine Lavallée vendredi dernier, ce qui ne risque pas d’arriver à Sherbrooke.

Les Wildcats ont soif de vengeance

La défaite de 9 à 2 à leur domicile vendredi dernier contre le Phœnix aura certainement fouetté les Wildcats de Moncton. Voilà pourquoi l’entraîneur sherbrookois Stéphane Julien s’attend à voir son prochain adversaire arriver au Palais des sports vendredi soir avec le couteau entre les dents.

On ne s’attend pas au même type de partie qu’il y a une semaine chez le Phœnix. Bien au contraire : les Wildcats auront soif de vengeance. 

« On sait qu’ils vont rebondir. Avec le punch offensif que les Wildcats possèdent, on se doit de les respecter. Jakob Pelletier, Jeremy McKenna et Mika Cyr sont redoutables à l’attaque. La bonne nouvelle, c’est qu’ils seront à Shawinigan jeudi. Ils auront peut-être l’occasion d’évacuer leurs frustrations des deux dernières défaites en affrontant les Cataractes avant de se présenter à Sherbrooke », soulève Stéphane Julien.

Les Wildcats n’avaient perdu que deux parties en 20 rencontres avant d’accueillir le week-end dernier le Phoenix et les Voltigeurs de Drummondville. Ils occupent présentement le deuxième rang et affichent le plus haut total de buts marqués de tout le circuit (118) depuis le début de la saison. 

Jérémy McKenna se trouve d’ailleurs au deuxième rang des meilleurs pointeurs de la LHJMQ. 

« On sait que notre équipe a parfois de la difficulté à gagner contre les trois meilleures formations du circuit. C’est donc pour nous l’occasion idéale d’ajouter une victoire contre l’une des puissances de la ligue et de se détacher au classement, parce que le top 10 semble vouloir s’éloigner des autres formations présentement », indique le pilote des Oiseaux. 

Chez le Phœnix, l’objectif est de maintenir le même rythme que celui adopté il y a une dizaine de parties. Car après tout, les Sherbrookois connaissent présentement la deuxième plus belle séquence du circuit (8-1-0-1) derrière les Huskies de Rouyn-Noranda (10-0-0-0).

« C’est toujours difficile de récupérer après un long voyage dans les Maritimes. On avait congé d’entraînement lundi et mercredi. En tenant seulement deux pratiques, on espère que nos joueurs soient reposés pour le prochain week-end. Ce qui cause notre succès, c’est la contribution de tout le monde actuellement. En plus, la partie sera à la maison, il faut en profiter », ajoute Stéphane Julien, tout en admettant que sa troupe ne porte pas beaucoup d’attention aux séquences, qu’elles soient négatives ou positives. 

« On aimer surfer sur cette vague en répétant ce que notre équipe fait de bien, mais on croit plus ou moins aux effets des séquences. On y va plutôt un jour à la fois. Je remarque toutefois que notre groupe est tissé serré présentement et on est en avance sur la saison dernière en ce qui concerne notre chimie et la construction de notre identité. » 

Notons que la mission de battre une deuxième fois les Wildcats en autant d’occasions revient encore à Thommy Monette, qui avait bien fait dans la victoire des siens à Moncton et Bathurst dernièrement. Julien Anctil effectuera un retour au jeu et sept défenseurs seront en uniforme.