L’équipe qui lèvera le nez sur Patrick Guay s’en mordra les pouces longtemps. La pression ne l’effraie pas. En fait, il est habité d’un calme désarmant.

Les Voltigeurs oseront-ils ?

COMMENTAIRE / Les Voltigeurs de Drummondville oseront-ils? Seront-ils tentés de réunir la saison prochaine les frères Nicolas et Patrick Guay de Magog? Nicolas, à 18 ans seulement, est déjà le capitaine des Voltigeurs dans la LHJMQ. À Magog pendant ce temps, son frère cadet Patrick fait la pluie et le beau temps dans l’uniforme des Cantonniers.

Avec ses 18 buts en 19 parties, Guay a déjà éclipsé les 15 buts de Felip Bourdeau et Jakob Breault qui avaient été les meilleurs à ce chapitre chez les Cantonniers la saison dernière.

Pour les férus de statistiques, sachez qu’Alexis Lafrenière, qu’on proclame avec raison un joueur exceptionnel et qui avait été le tout premier choix de la dernière séance de sélection par l’Océanic de Rimouski, en avait réussi 33 la saison dernière. Avec 20 parties à jouer, Guay a de fortes chances de faire mieux.

Pour être bien honnête, je me demande où seraient positionnés les troupiers de Félix Potvin sans Patrick Guay. 

Marquer des buts, ça ne s’apprend pas. Comme dirait l’autre, tu l’as ou tu ne l’as pas. Le centre de 15 ans est un poison. Des buts spectaculaires, de tous les angles, des tirs décochés sans avertissement, des lancers du revers qui décoiffent.

Le gars, qui est constamment en mouvement sur la glace, a toujours un lapin à sortir de son chapeau. Ne sous-estimez pas non plus ses talents de passeur.

Honnêtement, si la saison de la Ligue midget AAA prenait fin aujourd’hui, j’ai de la difficulté à imaginer un autre joueur que Patrick Guay comme premier choix au repêchage de la LHJMQ même si je reconnais que certaines équipes pourraient être tentées par des Thomas Bordeleau, Hendrix Lapierre, Jérémie Poirier ou encore un William Villeneuve, coéquipier de Guay à Magog.

Mais j’aime autant vous le dire, l’équipe qui lèvera le nez sur Guay s’en mordra les pouces longtemps. La pression ne l’effraie pas. En fait, il est habité d’un calme désarmant.

Drummondville

Revenons à ma question de départ. Réunir les frères Guay à Drummondville serait excellent sur le plan marketing et représenterait surtout un coup fumant sur le plan hockey.

Nicolas Guay est déjà un joueur-clé chez les Voltigeurs et rappelons qu’il fait partie des 24 joueurs de la LHJMQ qui se frottent à la Russie cette semaine lors de la Série Canada-Russie CIBC 2017.

Il sera dominant à 19 ans. Nicolas Guay est un fabricant de jeux largement au-dessus de la moyenne. Son jeune frère, je le répète, est un marqueur né comme on voit de moins en moins souvent. 

Les deux passent la saison morte à s’entraîner ensemble sur terre et sur glace. L’hiver, lorsqu’ils sont réunis sous le toit familial à Magog, ils passent le plus de temps possible ensemble sur la glace extérieure aménagée par le paternel. Les frères Guay dans le même uniforme dans la LHJMQ formeraient à coup sûr un duo explosif, spectaculaire et qui multiplierait les ravages.

J’ai bien hâte de voir manœuvrer les Voltigeurs lors du prochain repêchage du circuit Courteau. Drummondville a deux choix de première ronde au premier tour, dont celui de Gatineau. 

Feront-ils des pieds et des mains pour parler plus tôt dans l’espoir de réclamer Patrick Guay? Se feront-ils damer le pion par une autre équipe répondant au nom du Phoenix de Sherbrooke qui a Guay dans sa cour à Magog?

Le malheur dans tout ça, c’est qu’à Magog les amateurs auront eu la chance d’être témoins des prouesses de Patrick Guay seulement une saison, celle en cours. Le contraire serait bien étonnant.