L’entraîneur-chef des Volontaires du Cégep de Sherbrooke Jean-Philippe Gauthier a scruté son équipe - dont le quart-arrière Pierre-Olivier Potvin - de près, lors du camp printannier de l’équipe, cette fin de semaine.

Les Volontaires en mode reconstruction

L’équipe de football des Volontaires du Cégep de Sherbrooke a conclu son camp printanier avec un match simulé, dimanche après-midi sur le synthétique du Plateau Sylvie-Daigle. Un camp qui laisse entrevoir une jeune formation pour la prochaine saison, mais une équipe qui sera prête à passer à la prochaine étape.

C’était aussi le premier camp de printemps de l’entraîneur-chef Jean-Philippe Gauthier.

Ce dernier est entré officiellement en poste pratiquement à la même date l’an dernier, soit après la tenue du camp printanier 2017. Tout le reste de son année, ou presque, fut consacré à une mise à niveau générale.

Avec une période de recrutement en poche, une saison régulière et une participation aux séries éliminatoires au football collégial RSEQ division 2, Gauthier imprègne sa marque de plus en plus au vert des Volontaires.

D’ailleurs, l’un de ses premiers changements, à l’aube de cette deuxième année, fut de céder les rênes de l’attaque à Maxime Gauthier.

L’ancien receveur de passes du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, qui occupait les mêmes fonctions avec les Harfangs de l’école secondaire du Triolet (juvénile division 1), lui permettra de se consacrer à sa tâche d’entraîneur-chef.

« C’est la première fois que je fais le tour de la roue. Tranquillement, l’équipe se forge une identité. On répète les mots travail d’équipe, dévouement, ardeur au travail. Il faut que ça devienne une culture, pour les vétérans et les recrues. C’est cette énergie-là que l’on veut transmettre aux joueurs », a dit Gauthier après la rencontre simulée.

« On a entre les mains une équipe qui sera composée environ à moitié de recrues. Et certaines d’entre elles auront des rôles très importants l’automne prochain. On refait l’identité de l’équipe; c’est pour ça qu’on a de nouveaux gilets, qu’on réaménage le vestiaire, on veut que tout coïncide. On repart à neuf, on rebâtit le programme. C’est un très très gros objectif », convient-il.

Les Volontaires ont terminé la saison 2017 avec une fiche de 2-6; ils se sont inclinés au premier tour éliminatoire face aux Islanders de John-Abbott.

« C’est sûr qu’on vise le Bol d’or; j’en parle aux gars, il faut oser en parler, il faut que ce soit une possibilité. C’est l’objectif. Lors de ce camp, on est revenu au processus; comment on va agir, qu’est-ce qu’on va faire. Ce camp, c’était comme si c’était nos trois premières pratiques du mois d’août. »

Jean-Philippe Gauthier s’est dit très satisfait du travail de plusieurs joueurs, lors du camp.

« À l’attaque, on va avoir une ligne mature, avec quatre finissants, donc ça va. On a un excellent porteur en Félix Noël et Pierre-Olivier Potvin est un très bon quart. J’espère que ça va cliquer pour lui cette année. Avec un an de préparation avec le même coordonnateur offensif, ça sera plus facile pour lui. On l’entoure de bons receveurs comme Rémi Gagnon-Landry ou Philippe Bouffard, qui sera de retour. »

« J’ai aussi beaucoup aimé le travail de Raphaël Rodier, qui a eu un super bon camp, d’Anthony Boissonneault, de Mathieu Bernard, un gars du Triolet, qui s’est démarqué. On voit déjà les jeunes pousser très fort. »

« En défensive, Gabriel Royer, Thomas Poirier Stebenne, Nicolas Dionne, Stevens Chouinard, nous offrent une défensive aérienne avec maturité et talent. »

« Ce que je voulais, pour ce camp de mai, c’était d’élever le nombre de joueurs, pour que la compétition augmente au camp. Pour que les gars n’arrivent pas ici avec un poste assuré, qu’ils prennent ça relax au camp et qu’ils se fassent surprendre en saison. Même si on va avoir une équipe très jeune, la compétition interne sera très profitable », a dit Jean-Philippe Gauthier.