Le joueur Samuel Martineau, l’entraîneur-chef des Volontaires du Cégep de Sherbrooke Jean-Philippe Gauthier, le joueur Louis Philippe-Lussier, Martin Lambert, directeur des affaires étudiantes et communautaires, et le joueur Antony Bilodeau étaient présents pour l’inauguration du nouveau vestiaire des Volontaires.

Les Volontaires en mode 2.0

Un vestiaire revampé désormais à aire ouverte, de nouveaux casiers, des uniformes Adidas tout neufs. Les Volontaires du Cégep de Sherbrooke n’ont pas lésiné afin de redorer un peu leurs installations, qui en avaient grandement besoin.

Principalement, le vestiaire de l’équipe a été complètement rénové; disparus, les planchers en céramique, remplacés par un revêtement en caoutchouc plus sécuritaire.

Aussi, l’équipe s’est dotée de casiers tout neufs et de nouveaux uniformes Adidas, semblables à ceux portés dans la NCAA.

Un peu de neuf qui fait beaucoup de bien, confirme l’étudiant-athlète Gabriel Royer.

« Pour nous, ça change tout. C’est dans ce vestiaire que l’on passe le clair de notre temps, qu’on se réunit en équipe. On est fiers de voir que le Cégep s’implique de la sorte et qu’il s’implique dans notre réussite. On est reconnaissant. On voit qu’il y a de l’ambition et de l’avenir autour de ce programme », a-t-il expliqué.

Ainsi, un mur de ciment a été détruit afin que le vestiaire soit dorénavant à aire ouverte.

« Nous avons une grande tradition d’excellence sportive chez les Volontaires, notamment au football avec des Bols d’Or de 2007 à 2010. Et depuis deux ans, on a procédé à l’embauche de nouveaux entraîneurs, dont l’entraîneur-chef Jean-Philippe Gauthier. Le réaménagement du vestiaire s’inscrit dans notre volonté de faire des Volontaires une destination de choix notamment pour les jeunes joueurs de football de la région », a continué Martin Lambert, directeur des affaires étudiantes et communautaires au Cégep de Sherbrooke.

« C’est une belle toile blanche et les jeunes vont pouvoir instaurer la culture du programme, qui va représenter nos valeurs, en ces murs. Mais aussi, et surtout, c’est un élément important pour le recrutement. Là, on entre dans le vestiaire, tu peux montrer aux jeunes quel sera leur environnement de travail pour les trois ou quatre prochaines années », a dit l’entraîneur-chef Jean-Philippe Gauthier.

Au total, ces réaménagements ont nécessité des investissements de 80 000 $, assumés par le Cégep, et par le partenaire privé Logiflex. Une designer, Audrey Roy, de la Boîte Design, a aussi contribué au projet.

Une grosse période de recrutement

De l’aveu de l’entraîneur-chef, les Volontaires ont connu une faste période de recrutement. Quelque 36 joueurs ont déjà confirmé leur présence avec l’équipe, dont les deux tiers proviennent des écoles secondaires de Sherbrooke.

Recruter des joueurs d’ici est l’épine dorsale du recrutement des Volontaires, confirme Jean-Philippe Gauthier.

« Je me considère comme l’équipe qui représente le plus Sherbrooke. On a des joueurs qui ont grandi à Sherbrooke et qui ont fait leur football ici, dans des programmes dans lesquels on s’investit également. On les aide, on va les voir souvent. »

« On fait du football de qualité ici à Sherbrooke, la pyramide du développement est en santé. On prépare les jeunes dès la troisième année du primaire, avec le football sans contact. »

« Pour notre programme, c’est très avantageux d’avoir un gars d’ici; son réseau est proche, ses parents sont proches, ses repères sont faciles. Ça contribue à bâtir un esprit de famille et un lien fort avec la communauté. À preuve, l’an passé, on a rempli notre stade lors du match d’ouverture, ce qu’on n’avait pas vu depuis longtemps. »

L’offre académique a aussi de quoi séduire et attirer. Un total de 34 programmes d’études dont neuf préuniversitaires ont un pouvoir attractif certain.

« On répond à la demande de pratiquement tous les garçons. Quant aux joueurs de l’extérieur, on priorise les gars qui viennent ici en technique et qui ont un plan académique solide. Par exemple, on a deux gars de l’Outaouais qui débarquent chez nous pour étudier en techniques policières », a poursuivi Jean-Philippe Gauthier.

« On doit continuer à faire connaître notre programme, ce qu’on fait ici. Le niveau de jeu en division 2 du football collégial est solide, les infrastructures sont intéressantes et les programmes d’études sont multiples. »