Le mâle costaud (230 lb) et au panache imposant que Marie-Sophie Royer a récolté en 2002 dans la MRC des Sources est parmi les mieux cotés pour la zone 6 Sud dans le registre Trophée Québec qui vient d’être revampé.

Les trophées en version améliorée

CHRONIQUE / La Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec (FédéCP) vient de mettre à la page son album de trophées se voulant la mémoire collective des récoltes exceptionnelles de gros gibier sur le territoire québécois.

Bien qu’elle poursuivait cet objectif lors de son lancement en 2007, la première version du registre Trophée Québec était assez linéaire et plutôt pêle-mêle. Ces lacunes ont été corrigées dans l’album maintenant en ligne sur le site www.tropheequebec.com. Le recensement des exploits est effectué selon les espèces pour le caribou, l’orignal, l’ours noir et le chevreuil. Dans ce dernier cas, il y a même distinction entre les panaches conventionnels et ceux qui sont atypiques.

« Notre registre n’avait pas beaucoup évolué depuis dix ans et nous voulions le rendre plus facile d’utilisation et plus convivial. Avec le moteur de recherche, il est maintenant possible de trouver les trophées selon les pointages obtenus au mesurage, par catégorie ou encore par zone.   Un chasseur peut donc se situer par rapport à ce qui se passe dans sa zone et comparer avec les résultats obtenus ailleurs » explique la conseillère aux communications de la FédéCP, Stéphanie Vadnais.

D’un clic, il est effectivement possible de savoir quel est le record à battre en Estrie au pointage des clubs Boone and Crockett et Pope and Young pour figurer en tête du palmarès. Les bêtes enregistrées doivent préalablement avoir été soumises à l’examen d’un mesureur officiel. Les noms ainsi que les coordonnées de ces experts reconnus sont inscrits sur le site.

« Nous ne visons pas à faire exploser le nombre de participants comme à mieux faire connaître l’existence du registre qui se veut en même temps une vitrine mondiale sur la qualité de chasse au Québec », précise Mme Vadnais.

À titre d’exemple, parmi les mâles les plus hauts cotés dans la zone 6 sud, on retrouve celui que l’archère Marie-Sophie Royer a récolté en 2002 dans la MRC des Sources. Il avait fait grimper la balance à 230 lb et son panache avait donné un pointage brut 165 points et 6/8.

« C’est une bonne idée que de vouloir rehausser le prestige de ce registre. Pas pour susciter de la rivalité et de la compétition entre chasseurs, mais pour mettre en valeur la qualité de chasse que nous avons. Je n’ai pas vu de mâle aussi gros et aussi beau depuis. Je suis consciente que c’est probablement le chevreuil d’une vie. Je ne m’attends pas non plus à ce que ce soit le projet de restrictions sur la taille des bois (RTLB) qui me fournisse un jour l’occasion de faire mieux. Car, je suis loin d’être persuadée que les résultats seront ceux anticipés » commente Mme Royer, blogueuse aux compétences reconnues sur le site chevreuil.net.

Bien qu’elle souscrive à la logique suggérant que la protection des jeunes mâles imposée à compter de cette année et pour une période de cinq ans dans les zones 6 Nord et 6 Sud de l’Estrie apporte d’ici quelques années une augmentation des mâles matures, Mme Royer craint que la convoitise devienne trop forte et s’avère un facteur de délinquance. Une crainte que seul le temps permettra de soumettre à l’épreuve des faits.

« Les améliorations apportées à notre site Trophée Québec n’ont pas de lien direct avec le projet expérimental RTLB qui démarre dans votre région. C’est tout à fait par hasard si les ajustements sont effectués en même temps. Par contre, si le RTLB rehausse la qualité de chasse tel qu’espéré, c’est sûr qu’on pourrait aussi y voir un effet positif dans notre palmarès des trophées », juge pour sa part la porte-parole de la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec, un groupe de pression qui a appuyé la mise en œuvre de la nouvelle approche de gestion testée en Estrie pour le cerf de Virginie.