Pour une deuxième fois ce week-end, les Tigres de Victoriaville ont percé la défensive du Phoenix en marquant encore six buts deux jours après leur gain de 6 à 2 à domicile.

Les Tigres percent encore le Phoenix

Malgré la défaite de 6-5, l'entraîneur du Phoenix ne semblait pas du tout déçu de sa troupe dimanche soir. Au contraire, Stéphane Julien s'est dit tout de même satisfait et estime que la façon de jouer de ses joueurs prime sur le pointage lors d'une partie préparatoire.
Pour une deuxième fois ce week-end, les Tigres de Victoriaville ont percé la défensive du Phoenix en marquant encore six buts deux jours après leur gain de 6 à 2 à domicile.
« C'est un match préparatoire : c'est normal de connaître des hauts et des bas, rappelle Stéphane Julien. J'ai toutefois bien apprécié le travail de Yaroslav Alexeyev, Evan MacKinnon et Kevin Gilbert. Ils ont eu beaucoup de chances de marquer. Les points positifs sont nombreux même si notre club méritait un meilleur sort cet après-midi. »
Tout comme vendredi, les six meilleurs joueurs des Tigres manquaient à l'appel principalement à cause de la tenue des camps d'entraînement dans la LNH. Le Phoenix devait aussi se débrouiller sans cinq joueurs qui participent à ces camps. Nicolas Poulin, blessé, et Marek Zachar, toujours en Europe, étaient aussi absents.
« On a joué un bon match même si je comptais sur seulement trois lignes. J'ai senti à la fin que mes joueurs étaient un peu en retard sur le jeu à cause de ce manque d'effectifs », croit le pilote des Oiseaux.
Festival offensif
Le spectacle offert en première période ne laissait pas croire aux 509 amateurs présents au Palais des sports que les deux formations se préparaient à un festival offensif : sept buts ont été marqués au deuxième vingt.
Alors que la marque était de 0-0 après 20 minutes de jeu, Jimmy Huntington a déjoué Thommy Monette en désavantage numérique, mais Evan MacKinnon a répliqué avec le plus beau but de la soirée : 1-1.
Rappelé du midget AAA, Monette a alors été surpris à manipuler la rondelle dans la zone interdite, un règlement qui n'existe pas dans le circuit midget. Marco Cavalleri a profité de la situation pour compter et Félix Boivin l'a imité en avantage numérique.
Kevin Gilbert a ramené le Phoenix à un seul but des Tigres et Samuel Poulin a fait dévier le lancer d'Alexandre Joncas pour ainsi créer l'égalité.
Ce même Samuel Poulin a permis à Yaroslav Alexeyev de donner les devants au Phoenix lors d'une échappée devant Anthony Morrone : 4-3 Sherbrooke.
Egor Kurbatov, Benjamin Thibault et Félix Boivin ont toutefois pris les choses en main en marquant chacun un but en troisième période, portant la marque à 6-4.
Yaroslav Alexeyev a redonné espoir aux siens avec 72 secondes à jouer, mais les Tigres ont tenu le coup jusqu'à la fin.
« Ce n'était vraiment pas mon meilleur match, admet Thommy Monette. Je suis parti d'Amos hier, je voyais mal la rondelle aujourd'hui et j'aurais aimé revoir un tir ou deux. »
« Il a joué une partie samedi soir, il a fait beaucoup de route et il nous avait habitués à mieux durant le tournoi des recrues. Thommy a tout de même fait un travail honnête », retient Julien.
Le Phoenix renouera avec l'action vendredi à Drummondville. Il s'agira de la dernière partie préparatoire de la saison.
Victoriaville part favori
Il suffit de regarder l'alignement des 18 équipes de la LHJMQ pour comprendre rapidement que les Tigres se retrouvent parmi les favoris en compagnie du Titan d'Acadie-Bathurst. Un titre qui semble à peine effleurer l'entraîneur Louis Robitaille.
« Je n'aime pas me fier aux pronostics. Qui avait dit que les Huskies de Rouyn-Noranda ou l'Oceanic de Rimouski allait gagner la coupe? Tout se jouera durant la saison. Il y a plusieurs impondérables. Comme les blessures ou les joueurs qui demeurent avec leur équipe professionnelle. J'aime mieux prendre un jour à la fois. »
Robitaille admet par contre qu'il adore l'équipe sous sa forme actuelle.
« J'aime les joueurs que j'ai sous la main. On a procédé à de beaux ajouts. Les gars travaillent fort chaque jour et c'est contagieux. Dans la vie, quand on est bien préparés, la pression ne fait pas peur. On a une équipe expérimentée. On a de vieux défenseurs et une bonne qualité de recrues. Même notre jeune gardien Côté-Cazenave impressionne L'organisation ciblait 2017 et 2018 comme de belles saisons et c'est à nous de faire le travail maintenant. »