Zachary Emond a bloqué 30 tirs dans une victoire des siens de 7 à 4 vendredi à Rouyn-Noranda.

Les pénalités coulent le Phœnix

L’art de gâcher une avance : alors que le Phœnix menait 3-1 en début de deuxième période à Rouyn-Noranda, les Huskies ont profité de l’indiscipline des Sherbrookois pour vaincre la troupe de Stéphane Julien au compte de 7 à 4.

Quatre buts concédés en désavantage numérique, aucun marqué en supériorité numérique. Décidément, les unités spéciales du Phoenix n’ont pas fait le travail vendredi soir lors du dernier match de ce voyage en Abitibi.

Sherbrooke a offert six séquences avec l’avantage d’un homme aux Huskies. Une erreur à ne pas faire contre une équipe de haut de classement.

« Il y en avait peut-être une ou deux que nous aurions pu éviter, précise l’entraîneur sherbrookois, Stéphane Julien. Notre jeu n’était pas à point avec un joueur en moins. On a disputé un bon match dans l’ensemble. On a pu niveler la marque en troisième période, mais une erreur défensive a ouvert la porte aux Huskies. »

Après avoir vu Hugo Després briser la glace en début de partie, Yaroslav Alexeyev a répliqué avec deux buts et Mathieu Olivier a surpris les locaux avec un autre but à la suite d’une pénalité décernée à son coéquipier Kolby Johnson.

Les Huskies ont ensuite explosé : Félix Bibeau a réduit l’écart, Rafael Harvey-Pinard s’est assuré de faire partie des jeux de la semaine et Després a compté son deuxième du match.

« Evan aurait aimé revoir le quatrième but. Même le tir de Harvey-Pinard, alors qu’il était tombé au sol, n’aurait pas dû se frayer un chemin entre les jambières de notre gardien », souligne le pilote des Oiseaux.

Hugo Roy a remis les compteurs à zéro, mais une bévue défensive a scié les jambes du Phoenix à la suite du but de William Cyr en toute fin d’engagement.

Mathieu Boucher a conclu la partie avec le sixième but suivi de Peter Abbandonato dans un filet désert.

Le Phoenix conclura l’année 2017 avec la visite des Cataractes de Shawinigan dimanche à 14 h.

« Même s’ils sont au dernier rang, ils ont battu de bonnes équipes récemment. On revient d’un long voyage, mais on doit terminer l’année en beauté », rappelle Stéphane Julien.