Félix Robert a livré la marchandise à son premier match préparatoire.

Les nouveaux vétérans se lèvent

L’entraîneur Stéphane Julien a envoyé sur la glace une formation beaucoup plus mature que lors du premier match préparatoire pour affronter l’Armada de Blainville-Boisbriand. Les vétérans ont saisi la balle au bond en offrant une victoire de 6-4 à la foule sherbrookoise, mardi au Palais des sports.

Grâce à deux buts de Félix Robert, les Oiseaux ont coulé l’Armada, qui comptait sur un alignement plus jeune. 

Avec Brendan Cregan, Nicolas Roy et Yann-Félix Lapointe, Félix Robert et Benjamin Tardif font partie des rares vétérans ayant deux saisons d’expérience dans l’uniforme du Phœnix. 

Leur mandat lors de ce deuxième match hors-concours était le même que celui obtenu dès le début du camp : paver la voie aux nouveaux joueurs en partageant la culture et la philosophie du Phœnix.

« Je veux montrer l’exemple et devenir un leader dans cette équipe, souligne le joueur de 19 ans Félix Robert. Je me suis entraîné fort cet été et je veux transmettre l’idéologie qui nous avait été communiquée par notre entraîneur ou les vétérans des dernières années. »

« On veut en effet reprendre là où les gars comme Thomas Grégoire, Hugo Roy, Nicolas Poulin et Mathieu Olivier ont laissé, renchérit l’attaquant de 18 ans Benjamin Tardif. C’est important de continuer à bâtir cette identité d’équipe en allant vers l’avant. On a causé de belles surprises en séries en gagnant une première ronde l‘an dernier et on souhaite poursuivre le travail qui a été amorcé. Quand j’avais 16 ans, je regardais les vétérans en me disant que j’avais encore du temps pour apprendre. Ça va vite, parce que je suis déjà rendu au stade de prendre le relais ».

Peu de vétérans formés par le Phœnix

L’entraîneur Stéphane Julien admet que le « défi sera très grand » cette saison avec l’arrivée de plusieurs nouveaux joueurs.

« On comptera 14 nouveaux joueurs. De ce nombre, il n’y aura que trois vétérans et ils sont arrivés d’une autre formation de la LHJMQ : Alex-Olivier Voyer, Ryan DaSilva et Édouard St-Laurent. C’est donc aussi aux Tardif, Robert et Samuel Poulin de prendre les commandes. Ils ont appris beaucoup avec les Roy, Poulin et Olivier de l’an dernier. Mon message au début du camp était de ramener cette culture-là. On voit d’ailleurs déjà une certaine continuité. »

C’est en pleine forme que Tardif et Robert se sont présentés au camp de sélection. Robert a d’ailleurs ajouté sept livres de muscle à sa charpente.

« Donner l’exemple, c’est autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. En arrivant en forme au camp, on passe le message que l’été, ce n’est pas fait pour se reposer, mais bien pour améliorer certains aspects de notre jeu et prendre un peu de recul en se fixant de nouveaux objectifs », précise Tardif, qui a 131 parties d’expérience dans l’uniforme du Phœnix, un sommet parmi les joueurs actuels de l’organisation.

Un match en crescendo

Plus la partie avançait, plus les vétérans semblaient prendre les rênes de l’équipe mardi soir.

« Les vétérans étaient rouillés un peu au début, le synchronisme était moins là et à la fin de la troisième, on était à notre mieux dans ce match », observe Félix Robert.

« Mes vétérans n’avaient pas joué beaucoup de parties durant le camp, ç’a paru au début du match, constate Stéphane Julien. L’intensité était bonne et j’ai aussi aimé ce que les jeunes ont fait. Ils ont joué avec hargne et étaient soucieux du détail. »