Les Nationals célèbrent leur premier titre de la Série mondiale.

Les Nationals remportent la Série mondiale

HOUSTON — Pratiquement hors de la course en mai, champions en octobre.

Howie Kendrick a joué les héros avec un circuit de deux points en septième, mercredi, alors que les Nationals de Washington ont savouré un premier titre de la Série mondiale en remportant le septième match 6-2, aux dépens des Astros de Houston.

Alors que les Nationals accusaient un retard de 2-0, Anthony Rendon a commencé la remontée en septième avec un circuit en solo. Kendrick a ensuite donné les devants pour de bon aux Nationals avec un coup de canon de deux points.

Alors que les yeux étaient tournés vers Max Scherzer, qui était de retour au jeu après avoir reçu des injections pour faire passer la douleur dans son cou, les Nationals ont réussi à sortir vainqueurs de la première Série mondiale où tous les matchs ont été remportés par les visiteurs.

Les Nationals ont effacé des déficits pour l’emporter à cinq reprises quand ils faisaient face à l’élimination au cours des séries, une première dans l’histoire du Baseball majeur.

«Quelle aventure», a dit Ryan Zimmerman, le premier joueur repêché par les Nationals en 2005.

«J’espère que les gens de D.C. sont prêts à célébrer avec nous à notre retour!»

Strasburg  joueur par excellence

Stephen Strasburg, qui a été nommé joueur par excellence de la Série mondiale, Patrick Corbin et les Nationals ont offert un premier championnat à la capitale américaine depuis 1924, quand les Senators avaient triomphé.

L’équipe actuelle a fait ses débuts en 1969 à Montréal. Les Expos ont ensuite déménagé à Washington en 2005, mettant fin à une attente de plus de trois décennies pour le retour du baseball à Washington depuis le départ des Senators vers le Texas, où ils sont devenus les Rangers.

Les Nationals ont perdu les services du joueur étoile Bryce Harper via le marché des joueurs autonomes au cours de l’hiver. Ennuyée par un groupe de releveurs inefficaces, l’équipe présentait un dossier de 19-31 tard en mai. Les choses allaient si mal qu’il était question de congédier le gérant Dave Martinez et échanger Scherzer.

Ils ont plutôt fait honneur à leur slogan: «Stay in the fight» (Rester dans le combat).

«Devinez quoi? Nous sommes restés dans le combat. Nous avons gagné le combat», s’est exclamé Martinez pendant les célébrations.

«Nous étions au tapis. Nous avions une fiche de 19-31. Nous n’allions pas abandonner. Nous n’avons pas abandonné», a-t-il ajouté.

Pour la majorité des 43 326 spectateurs présents au Minute Maid Park, c’était la consternation. Ils espéraient voir leurs favoris remporter les grands honneurs pour une deuxième fois en trois ans.

«J’ai un groupe de gars avec le coeur brisé qui a tout fait pour essayer d’offrir le championnat de la Série mondiale à cette ville. Il nous aura manqué une victoire», a dit le gérant des Astros AJ Hinch.

«Il y a 28 équipes qui seraient heureuses de vivre notre malheur présentement. Nous avons pu jouer en finale. Nous avons eu l’occasion de remporter le titre. J’ai dit aux joueurs de se rappeler des bons moments, parce qu’il serait difficile de se sentir moins bien que présentement», a-t-il ajouté.

Zack Greinke était en parfait contrôle au monticule pour les Astros, jusqu’à ce que Rendon ravive les espoirs à l’aide d’un circuit en solo. Après un but sur balles à Juan Soto, Greinke a cédé sa place à Will Harris, qui a été accueilli par la longue balle de Kendrick.

Le frappeur de choix a claqué un circuit au champ opposé, la balle donnant contre la structure de démarcation.

Kendrick volait de nouveau la vedette: au début du mois, son grand chelem en 10e avait permis aux Nationals de passer au deuxième tour, au détriment des Dodgers de Los Angeles.

Le vétéran de 14 saisons a ensuite été le joueur le plus utile de la série de championnat de la Nationale, frappant ,333 contre les Cardinals de St. Louis, avec quatre doubles et quatre points produits.

Les Nationals ont ensuite consolidé la priorité: un simple d’un point de Soto, en huitième, puis un autre de deux points d’Adam Eaton, à la manche suivante.

En fin de neuvième, Daniel Hudson a scellé le tout en retirant George Springer sur une chandelle puis Jose Altuve et Michael Brantley au bâton, les deux sur élan.

La ville de Washington aura une nouvelle occasion de célébrer après la conquête de la coupe Stanley par les Capitals, en 2018. Là aussi, la victoire finale avait été acquise en sol ennemi.

Martinez, un ancien des Expos, a guidé les Nationals au titre à sa deuxième saison à la barre. Âgé de 55 ans, l’ancien voltigeur a passé un peu plus de trois saisons avec Montréal, de 1988 à 1991.

Les Astros pensaient voguer vers la victoire à la suite d’un circuit de Yuli Gurriel et un simple d’un point de Carlos Correa, en deuxième et en cinquième.

Scherzer a livré cinq manches, allouant deux points, sept coups sûrs et quatre buts sur balles.

Pour la première fois, un match ultime de la Série mondiale opposait deux anciens gagnants du Cy Young.

Scherzer a reçu le trophée Cy Young en 2013, 2016 et 2017. Il devait amorcer le match numéro 5, mais il a dû être remplacé à cause de maux de cou. Il a pris du mieux après une injection de cortisone et des traitements d’un chiropraticien.