Le gardien Jasmin Simon en était à un premier match dans la LHJMQ.
Le gardien Jasmin Simon en était à un premier match dans la LHJMQ.

Les jeunes Phoenix l’emportent sur les jeunes Voltigeurs

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Les jeunes joueurs du Phoenix ont eu le dessus sur les jeunes joueurs des Voltigeurs de Drummondville mardi soir au Centre Marcel-Dionne, dans une victoire de 5-4. Même si ce n’était que le premier match hors-concours, les jeunes Phœnix ont utilisé la recette qui a fait tant succès à l’équipe la saison dernière, soit la rapidité et l’intensité. Ce match était d’abord et avant tout une grande audition pour les jeunes qui tentent de percer l’alignement de ces deux équipes situées à des positions opposées sur l’autoroute 55.

Pas moins de 15 recrues meublaient les alignements de chaque formation.

Même si le match fut disputé devant des gradins dégarnis de spectateurs et de tout ce qui entoure habituellement la présentation d’un match de hockey junior, les jeunes étaient nerveux, malgré tout, lors des 20 premières minutes.

Mais plus le match avançait, plus les coups d’épaules devenaient francs, plus les lancers étaient précis, plus les passes étaient décisives et plus les gardiens semblaient à l’aise.

Et dans cette grande première pour plusieurs, ce sont les joueurs du Phœnix qui ont dicté le tempo, profitant entre autres d’une défensive drummondvilloise qui semblait hésitante par moment.

Sherbrooke a pris les devants 3-1 après 20, grâce à des buts de Tristan Gourdeau, Thomas Bégin et Karl Vaillancourt, alors que Charles-Antoine Dumont répliquait pour Drummondville.

Maxime Blanchard et Gabriel Simoneau ont par la suite aidé le Phoenix à augmenter leur avance à 5-3 après deux périodes. Jérémy Sainte-Marie et Aleksandar Dimovski, avec son premier du match, ont marqué pour Drummond.

Vitesse et intensité

Le jeu est devenu plus serré et intense, en troisième période, et les Voltigeurs ont appliqué une pression constante sur la défensive sherbrookoise.

Drummond a réduit l’écart à un but, alors que le gardien de l’équipe était de retour au banc en faveur d’un sixième attaquant, mais ce fut trop peu trop tard.

Le gardien Jasmin Simon, choix de troisième tour du Phoenix lors du dernier repêchage, amorçait un premier match dans la LHJMQ. Il a bloqué 16 des 18 lancers dirigés vers lui. Bilan identique pour Jordan Lambert.

« J’ai aimé l’implication de tout le monde, et la concentration. On a vu beaucoup de vitesse, les gars étaient impliqués physiquement, dès que le match s’est amorcé. J’ai vu des gars s’encourager sur le banc, même si ça fait pas très longtemps que le groupe est ensemble. Est-ce la culture, l’identité d’équipe que les jeunes ont vue en côtoyant les vétérans? Je ne sais pas, mais c’est très positif », a dit l’entraîneur-chef du Phoenix Stéphane Julien.

« Jasmin Simon a été très bon, même s’il y a un but qu’il voudrait revoir. À la ligne bleue, Zachary Lessard a connu un bon match. À l’attaque, Jaheem Aurelien Lagacé a fait de belles choses. En général, tout le monde a bien fait. »

Le trio formé de Karl Vaillancourt (1-2), Jean-Raphaël Roy (0-2) et de Tristan Gourdeau (1-1) a également été solide.

Chez les Voltigeurs, Dimovski a inscrit deux buts, et le choix de deuxième tour de l’équipe lors du dernier repêchage, Justin Côté, a obtenu deux passes.

Devant les filets, Jacob Leblanc a bloqué huit lancers sur 13, alors que la recrue de 16 ans Riley Mercer a été parfait face à 12 lancers.

Trouver de la motivation, pas facile

Pas de bruit de sirène après les buts, pas d’encouragements bruyants, ni d’avantage de jouer à la maison. Les joueurs devront trouver des raisons de se motiver et d’aller chercher cette petite dose d’énergie supplémentaire, et ce sera le principal défi en cette saison teintée de la COVID et de ses mesures sanitaires, dit Stéphane Julien.

Ce dernier a arpentait son banc, pendant le match, en enlevant et en remettant son masque, lorsqu’il voulait crier ses instructions aux joueurs.

« Je me suis posé la question, à la fin du match; quel genre de motivation va-t-on pouvoir trouver pour les joueurs dans ce contexte? Ça va être le fun pour les trois ou quatre premiers matchs, mais pendant la saison, pas de partisans, les équipes devront amener quelque chose de différent pour sentir qu’on est dans l’ambiance. Soixante matchs comme ça, sans personne, avec juste de la musique, ça ressemble pas mal à ma ligue de garage du mardi soir! Ça va être un défi! », a rigolé l’entraîneur-chef.

« La seule chose que je trouve déplaisant, c’est qu’on manque de proximité avec les gars. On marche sur des œufs partout. Les gars arrivent le matin, ils restent dans la chambre, on ne sort pas trop. Ça sera une adaptation. Quand l’équipe sera formée et qu’on sera de retour dans notre chambre, ça sera peut-être plus facile, mais je trouve ça dur en ce moment. On ne voit pas le visage de personne, la communication est différente. On est un club tissé serré, mais là, c’est comme si on a une visière entre nous. Mais bon, on va s’habituer! »

Les deux clubs se retrouveront jeudi au Palais des sports, à compter de 19h.