Émile Gadoury, Adam Emery, Olivier Jacques et Alex Antoine Yargeau ont tous hâte de savoir avec quel uniforme ils quitteront le Centre Vidéotron samedi.

Les Harfangs visent un record au repêchage

En retrouvant douze de leurs joueurs sur la liste du Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, les Harfangs de Sherbrooke visent un record en ce qui a trait au nombre de membres repêchés lors de la même séance. Et ce, sans compter les anciens, comme Justin Robidas, considéré parmi le top 2 des meilleurs espoirs admissibles à l’encan de samedi à Québec.

« De plus en plus, les gens se rendent compte que pour s’améliorer, ils doivent jouer avec les meilleurs, note l’entraîneur-cadre du programme des Harfangs, Mathieu Boutin. Les meilleurs de la province se retrouvent dans la Ligue d’excellence du Québec et à Sherbrooke, c’est ici au Triolet que ça se passe. Année après année, on voit nos anciens être repêchés en première ronde dans la LHJMQ. L’an dernier, il y en avait quatre : William Villeneuve, Patrick Guay, Marshall Lessard et Charles Beaudoin. Cette année, Justin Robidas est vu comme un top 2 des meilleurs espoirs. Ce sera peut-être un record cette année pour le nombre de joueurs du midget espoir des Harfangs sélectionnés lors du repêchage. »

Parmi ces 12 joueurs, on retrouve Olivier Jacques, un défenseur défensif et robuste classé comme un espoir de 5e ronde.

« J’étais content de voir mon nom dans la liste, mais je ne me fie pas beaucoup à ça, a confié Olivier Jacques. Peu importe l’équipe qui me repêchera et peu importe la ronde, je serai simplement heureux d’avoir ma chance avec une organisation en quittant la séance de sélection. »

Comment expliquer la présence importante de joueurs des Harfangs, samedi au Centre Vidéotron?

« Notre équipe midget espoir pilotée par Mike Maclure était seulement composée de joueurs de 15 ans. Ils ont très bien fait, tant en saison que lors des tournois. Ils ont réussi à se maintenir parmi les meilleurs de la ligue, ce qui leur a permis d’attirer l’attention des dépisteurs. »

« On a été chanceux d’avoir un aussi bon entraîneur cette saison, estime le capitaine Émile Gadoury. Il a tout fait pour que l’on se fasse remarquer par les recruteurs. Pour ma part j’aimerais bien être repêché par le Phœnix, mais évoluer dans une autre ville, ça peut devenir un beau défi. Je ne m’attends pas à jouer dans la LHJMQ à 16 ans, mais j’espère faire bonne impression durant mon premier camp pour revenir en force au camp suivant. »

« C’est toute une chance de pouvoir progresser dans un autre niveau et d’avoir la chance de continuer notre carrière dans le niveau supérieur, a laissé savoir Alex Antoine Yargeau, reconnu pour la qualité de son lancer. On avait une bonne équipe la saison dernière et ça parait quand on regarde la liste du CSR : plusieurs membres de notre club s’y retrouvent. On a quand même terminé au troisième rang au classement et perdu en demi-finale de la Coupe Dodge. »

Une tape dans le dos

Le simple fait de se retrouver dans cette fameuse liste du CSR demeure un exploit pour les jeunes Sherbrookois.

« On ne se fie pas trop à la liste, rappelle Mathieu Boutin. Certains peuvent être classés tôt dans le repêchage et sortir plus tard ou vice-versa. Tout dépend des besoins des organisations. Être classé dans cette liste, c’est une bonne tape dans le dos. Mais une fois repêché, il y a une paire de bottes de travail qui vient avec ça. L’équipe porte espoir en un joueur, mais ce dernier a du travail à faire pour arriver prêt au camp et se tailler une place. Personne ne veut dire qu’il a été repêché un jour, mais n’a jamais joué de matchs dans la LHJMQ. »

« On se stresse un peu avec le repêchage durant notre année d’admissibilité, a affirmé Adam Emery. On a tous hâte à samedi. Être repêché, c’est ce que l’on vise durant toute notre jeunesse. On pensait tous être plus haut dans la liste, mais on verra bien ce qui se passera. »

Mathieu Boutin se dit d’ailleurs fier de voir tous ces joueurs attendre avec fébrilité la journée de samedi :

« Ce qui prouve le succès du programme des Harfangs, c’est de voir les gars accéder au midget AAA ou à la LHJMQ. Notre but est de contribuer à leur développement pour les aider à devenir des joueurs professionnels à plus long terme. Ça ne veut cependant pas dire que les autres ligues et les autres établissements ne font pas du bon travail. Je serais toutefois surpris qu’à 16 ans, certains de nos joueurs évoluent dans la LHJMQ. Ils iront probablement dans le midget AAA avant de faire le saut dans le junior majeur. »

Notons que Jérémy Duhamel, un ailier gauche aux grandes habiletés offensives, est également classé entre les rondes 6 à 8, tout comme Adam Emery et Jacob Tessier Gagnon, reconnu pour être un poison sur la glace selon son entraîneur. David Côté sera également à surveiller.