Le gardien des Harfangs Adam Lecours s’est dressé devant les attaques russes pour aider son équipe à inscrire une première victoire de 2-0 au TIBS. Ici, il bloque un tir d’Oleg Bychkov.

Les Harfangs battent les Russes en ouverture du TIBS

Le Complexe sportif Thibault-GM était plein à craquer, mercredi soir, pour le retour des Russes en ville. Après quatre ans d’absence, les Étoiles du nord n’ont même pas pu compter face aux puissants Harfangs, qui l’ont remporté 2 à 0.

Outre la victoire, les jeunes Sherbrookois ont vécu une expérience unique en évoluant devant quelque 1000 spectateurs entassés dans l’aréna de leur école secondaire.

À LIRE AUSSI: TIBS : Les Harfangs AAA blanchis en lever de rideau

TIBS : Départ en force du Phœnix AA

« Je suis arrivé sur le bord de la bande et j’ai vu que les estrades étaient pleines, témoigne le gardien des Harfangs, Adam Lecours. Mes jambes ont commencé à trembler! Quand tu embarques sur la glace, qu’il y ait du monde ou pas, tu joues pareil, ce n’est pas différent. Mais quand tu vois autant de monde, c’est vraiment stressant. »

« J’ai hâte de jouer les gros matchs du tournoi, ce sont les meilleurs matchs à jouer, c’est impressionnant de voir autant de monde », poursuit-il.

Lewis Gendron considère que sa soirée était « une expérience de vie ». « C’est différent, la plupart des joueurs n’ont jamais vécu ça. C’est le fun, tu es avec tes amis et tu profites du moment. C’est sûr que je vais m’en rappeler toute ma vie. Tu gagnes, c’est un remerciement pour tout le monde qui vient nous voir jouer », commente l’attaquant.

Comment communique-t-on avec des Russes sur la glace? « Tu essaies de leur parler en anglais, mais ils ne sont pas tous très bons. Tu parles donc en français et tu espères qu’ils te comprennent! » répond le jeune homme, le sourire aux lèvres.

« On les a dominés, on a joué un très bon match, analyse le cerbère. J’étais excité de voir ce dont ils avaient l’air. C’est une équipe de hockey comme toutes les autres. Ce n’est pas parce que tu habites en Russie que tu joues au hockey différemment. On a été meilleurs qu’eux aujourd’hui, j’en suis bien content. »

Un match à jouer

Au-delà de l’expérience, les jeunes Harfangs avaient un match à disputer. Après une cérémonie, les nombreux spectateurs ont eu droit à une excellente partie de hockey. En plus des très belles pièces de jeu réalisées par les locaux, les amateurs ont pu constater les prouesses du gardien Adam Lecours qui n’a pas hésité à sortir la mitaine de manière magistrale, notamment en deuxième période sur un jeu transversal.

Les Harfangs ont relevé un premier bon défi contre l’équipe russe et ils ont pu célébrer deux réussites.

Le gardien avoue que l’adversaire avait de bonnes mains et faisait de belles passes. « C’était surtout des passes vers le centre pour partir en échappée. Je n’ai pas eu beaucoup de tirs, mais j’étais très excité. J’ai transposé ça dans mon jeu et j’ai fait de gros arrêts quand j’avais besoin de les faire. C’est un match qu’on attendait depuis longtemps », décrit le numéro 30.

Les Harfangs ont ouvert la marque très tôt dans le match par l’entremise de Shawn Pearson, ce qui a soulagé l’entraîneur-chef de l’équipe, Samuel Collard. « Quand je pensais à la partie, je me disais ‘‘ça ferait du bien de compter en partant’’ », partage l’ancien porte-couleurs de l’Océanic de Rimouski. En même temps, le contrecoup, c’est que le stress a tellement lâché, qu’en deuxième période, je sentais que les gars étaient plus calmes au banc — peut-être même un peu endormis. Eux, avec leur relance, ils restaient éveillés. Nous, les coachs, on parlait beaucoup, on lançait beaucoup de messages aux joueurs sur la glace pour les garder éveillés pour le reste du match. »

Anthony Campbell a complété la marque en début de troisième période.

Pour déjà avoir vécu pareille situation, le pilote est demeuré assez calme avant le match. « Durant l’hymne national russe, j’ai eu quelques frissons. Mais je pense que les équipes russes qui sont venues amènent des joueurs qui peuvent compétitionner. Durant la fin de semaine, ils vont s’adapter et s’améliorer », pense-t-il.

Les Harfangs devront descendre de leur nuage assez vite, car ils reprendront l’action vendredi à 12 h 30, sur la surface Cadillac. « J’ai été en rétroaction à la fin du match, pas juste en célébrations. On est chanceux, car on peut pratiquer chez nous demain. Il va y avoir une cassure, ce qui est différent d’il y a quatre ans. Après la grosse soirée, on jouait à midi le lendemain. Les émotions n’étaient pas là du tout. Mais là, ils ont 14 ans, donc have fun, un peu! » résume Samuel Collard.