Taro Jentzsch et Samuel Hlavaj, que l’on voit ici à leur arrivée à Sherbrooke l’automne passé, en compagnie du DG du Phœnix Jocelyn Thibault, ont décidé de rester à Sherbrooke, même si la LHJMQ les autorise désormais à rentrer dans leur pays respectif.
Taro Jentzsch et Samuel Hlavaj, que l’on voit ici à leur arrivée à Sherbrooke l’automne passé, en compagnie du DG du Phœnix Jocelyn Thibault, ont décidé de rester à Sherbrooke, même si la LHJMQ les autorise désormais à rentrer dans leur pays respectif.

Les Euros demeurent avec le Phoenix

Même si la LHJMQ a émis une directive autorisant les joueurs à rentrer à la maison, dont les joueurs européens, l’Allemand Taro Jentzsch et le Slovaque Samuel Hlavaj ont plutôt choisi de demeurer à Sherbrooke. Même chose pour l’Américain Gregory Kreutzer.

« Ce n’était pas une obligation pour eux, mais on leur offrait la possibilité de rentrer chez eux, s’ils le désiraient. Et ils ont tous les deux choisi de rester à Sherbrooke. On a quand même plusieurs joueurs qui ont décidé de retourner à la maison », a indiqué le directeur général de l’équipe, Jocelyn Thibault.

La meilleure équipe junior au Canada est présentement sur le banc, depuis que la LHJMQ a suspendu ses activités.

Dimanche, avec la fermeture de la majorité des lieux publics, comme les arénas publics ou privés, de même que les gyms d’entraînement, le confinement est plus serré.

« On est toujours dans l’attente. Maintenant que le Palais des sports est fermé, on ne peut plus faire de rassemblements, de pratiques, ou de rencontres. On suit les directives émises par le gouvernement et on s’ajuste au fur et à mesure. On n’a aucune indication d’un retour, pour l’instant. En tout cas, si jamais on avait l’autorisation de recommencer nos activités, les gars seraient prêts à reprendre le collier rapidement », a dit Jocelyn Thibault.

« La dernière fois que j’ai parlé aux joueurs, c’était vendredi matin. Les choses ont beaucoup changé depuis ce temps, et il est fort possible que ça bouge encore. On doit faire le point en début de semaine avec le personnel de soutien et le personnel d’entraîneurs. »

Avec une séquence de 13 victoires consécutives au moment de la suspension des activités dans la LHJMQ, le Phœnix connaissait sa plus belle séquence de la saison. C’est la meilleure saison depuis le retour du hockey junior à Sherbrooke en 2012 et probablement l’une des meilleures de toute l’histoire du hockey junior à Sherbrooke.

Au sommet du hockey junior au pays, le Phœnix est placé devant le difficile défi de garder la tête au hockey.

« Avec les nouvelles directives, ce sera plus dur pour les gars de garder la forme. Je sais que certains d’entre eux ont des gyms personnels, dans leurs sous-sols par exemple. Ils doivent garder la forme, et surtout, garder leur concentration. On entend des rumeurs, à gauche et à droite, on n’a pas le contrôle sur grand-chose. On doit attendre », a déploré Jocelyn Thibault.

« Je leur ai dit de rester en forme, physiquement, mais aussi mentalement. Qu’ils restent concentrés. La tête doit rester au hockey, même si on sait que c’est difficile. Et que ce sera difficile. En fait, ce n’est pas un temps facile pour personne. »

L’Américain Gregory Kreutzer

« On garde espoir »

La East Coast League a annoncé samedi soir qu’elle mettait fin à sa saison.

Il s’agit de la première ligue de hockey professionnelle à prendre pareille décision.

« Je connais plus ou moins leur réalité, mais en même temps, ce n’est pas surprenant. Il y a des annonces, à gauche et à droite, d’annulations de ligues, de gros tournois, de saisons complètes. On garde espoir, c’est tout ce qu’on peut faire pour l’instant. On est à la remorque de ce qui se passe », a dit Thibault.