Jocelyn Proulx ne prévoyait pas revenir à la présidence de Patinage Québec, mais en raison de l’arrêt des activités causé par la COVID-19, le Magogois a choisi d’entamer une sixième année à la tête de l’organisme.
Jocelyn Proulx ne prévoyait pas revenir à la présidence de Patinage Québec, mais en raison de l’arrêt des activités causé par la COVID-19, le Magogois a choisi d’entamer une sixième année à la tête de l’organisme.

Les clubs de patinage artistique en attente

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Tout comme Patinage Québec, les patineurs artistiques ne savent toujours pas sur quel pied danser en ce qui concerne la reprise de leurs activités.

Si le Magogois Jocelyn Proulx prévoyait quitter la présidence de Patinage Québec une fois les Championnats mondiaux de patinage artistique terminés, les plans ont maintenant changé. Jocelyn Proulx s’est offert pour entamer une sixième année à la tête de l’organisme afin de soumettre un plan de relance au gouvernement. 

Rappelons que les Mondiaux devaient avoir lieu à Montréal en mars 2020 avant que la pandémie force l’annulation de l’événement, présidé par M. Proulx. Et pour ce dernier, il n’était pas question de quitter Patinage Québec en laissant le monde du patinage artistique québécois dans le néant en raison de la COVID-19. 

«J’avais annoncé mon retrait, mais je me sentais incapable de quitter dans cette situation. Je suis content d’entamer une sixième année comme président de Patinage Québec et je crois que mon principal mandat est de m’assurer que le plan de relance se tienne et que l’on puisse reprendre nos activités rapidement en toute sécurité», indique Jocelyn Proulx. 

Après avoir passé près de cinq ans à organiser les Mondiaux, Jocelyn Proulx a vécu une grande déception en devant mettre une croix sur ce grand rendez-vous sportif et souhaite désormais que les dégâts soient limités. 

«On a déjà annulé un autre événement, les Championnats québécois d’été qui devaient avoir lieu en août. Ensuite, ce sera les qualifications de sous-sections en vue des Nationaux. Cette compétition doit avoir lieu en septembre et on espère l’épargner. Le problème est que le patinage artistique ne se trouve pas dans les six premières phases de déconfinement proposées par le gouvernement. On souhaite donc faire partie rapidement des phases ultérieures.» 

Rappelons que la phases six, la dernière annoncée, contient entre autres la reprise des sports collectifs extérieurs, mais pas intérieurs. 

«On se trouve en mode discussion. La distanciation n’est pas un problème pour ceux qui patinent en solo et qui sont plus expérimentés. Par contre, pour ce qui est du patinage synchronisé ou des plus jeunes, ça devient plus compliqué. On a déjà songé à quelques solutions comme créer des corridors et rapetisser les groupes en plus de respecter les règles d’hygiène qui s’appliquent. La relance se fera probablement par étape. On a toutefois hâte de savoir vers quoi on s’enligne.»

Notons que Jocelyn Proulx ne sera pas le seul Estrien à siéger au sein du conseil d’administration de Patinage Québec cette année puisque la patineuse Anick Bergeron de Magog a été nommée le 23 mai dernier au poste de trésorière.