Malgré un point récolté en prolongation face au Phoenix, les Cataractes glissent à cinq points d’une place en séries éliminatoires.

Les Cataractes si près d’un miracle

Shawinigan — Les quelque 3000 personnes réunies au Centre Gervais Auto ont failli assister à un miracle vendredi soir. Insipides au cours des 40 premières minutes de jeu, les Cataractes sont revenus de l’arrière à deux reprises en troisième, dont une fois à l’aide d’une poussée de trois buts. Ce fut suffisant pour pousser ce match un peu fou face au Phoenix en prolongation, mais ce sont les visiteurs qui ont eu le dernier mot et qui ont encaissé le point boni grâce à une victoire de 5-4.

Marek Zachar a inscrit le but gagnant en battant Mathieu Bellemare dans la lucarne. Une fin un peu injuste pour le petit portier, qui s’est battu comme un chien pour garder son équipe dans le match. Au chapitre des chances de marquer, les visiteurs ont nettement dominé.

Jeu de puissance stérile

Tirant de l’arrière 1-0 après 20 minutes, les locaux ont cédé un deuxième but au Phoenix sur son attaque massive, l’œuvre de l’ex-Cataractes Mathieu Olivier. Ce dernier a par la suite offert à ses anciens chums une chance en or de répliquer en écopant de quatre minutes de pénalité, mais ces derniers n’ont guère menacé Brendan Cregan. En tout, en deuxième, les Cataractes ont bénéficié de huit minutes avec l’avantage d’un homme. Non seulement ils n’ont rien généré de positif, ils ont accordé une échappée à Zachar! Sans un arrêt-clé de Mathieu Bellemare à ce moment-là, le Phoenix aurait réglé le cas de leurs hôtes dès la deuxième.

En troisième, le Phoenix croyait peut-être avoir fermé les livres lorsque Samuel Poulin a porté la marque à 3-0 en profitant d’un tir de pénalité. Mais les Cataractes ont réussi ensuite à sortir de leur torpeur quand Leon Denny a fourni une passe magique à Vasily Glotov à l’embouchure du filet. En l’espace de deux minutes, les locaux ont ajouté deux autres buts, faisant bien mal paraître Brendan Cregan. Restait alors une dizaine de minutes à l’affrontement, et le momentum avait complètement basculé même si le tableau indicateur montrait une égalité de 3-3.

Yaroslav Alexeyev a toutefois offert une véritable douche d’eau froide aux partisans, avec deux petites minutes à écouler à la troisième, en déculottant la défensive adverse pour porter la marque à 4-3. Malgré ce coup dans les flancs, pas question pour les Cataractes d’abandonner, et Anthony Imbeault a ramené tout le monde à la case départ avec un superbe tir dans la dernière minute, provoquant du temps supplémentaire qui a donné le dernier mot à Zachar.

«Dans les circonstances, c’est un point de plus. Faire une remontée de trois buts, ça prouve le caractère du groupe. Ce n’est pas la première fois que ça arrive», rappelait Renaud, qui convenait aussi que les déboires du jeu de puissance continuaient de miner le rendement de sa troupe. «Il fonctionne à 20 % depuis les Fêtes, mais dans un match serré comme ce soir, on aurait eu besoin de son apport. On perd par un but, et on est -1 sur les unités spéciales.»

Cette défaite en prolongation, jumelée à la victoire des Foreurs, repousse les Cataractes à cinq points d’une place en séries. Malgré tout, Bellemare préférait voir le positif. «On n’a jamais abandonné. Ça montre qu’on veut vraiment les faire, les séries. On peut y arriver.»

Dans l’autre vestiaire, Stéphane Julien convenait que sa bande avait connu une troisième infernale. «On n’a rien donné pendant deux périodes. Nos problèmes ont commencé quand les officiels ont raté une pénalité pour bâton haut. C’est sur cette séquence que les Cataractes ont marqué leur premier but. Après, les gars ont joué avec frustration, on n’a pas été en mesure de fermer la porte. Au moins, on a trouvé une façon de l’emporter en prolongation. Chapeau aux Cataractes, ils ont travaillé très fort.»

Les Cataractes reprennent le boulot samedi après-midi en recevant la visite du Drakkar de Baie-Comeau.

Bouvet-Morrissette s’amuse face aux Draveurs

Même s’ils ont marqué le premier but du match, les Draveurs n’ont pas fait le poids devant les Éperviers à Sorel vendredi soir. Dominés 49-27 dans la colonne des tirs au but, les équipiers d’Alain Côté ont essuyé un revers de 5-2.

Le principal bourreau des Draveurs a été André Bouvet-Morrissette, qui s’est offert un truc du chapeau. Chez les Trifluviens, Jonathan Bellemare et Marco Charpentier ont enfilé l’aiguille. Les Draveurs vont renouer avec leurs partisans samedi soir, alors que les représentants de Rivière-du-Loup s’arrêteront au Colisée.