Vous pensez immédiatement à la victoire des Cantonniers il y a quelques jours à Lévis qui mettait un terme à l’incroyable séquence victorieuse des Chevaliers qui s’est arrêtée à 34. L’ancienne marque de la ligue était de 25.

Les casseux de party ?

COMMENTAIRE / Faudra-t-il coller une étiquette de casseux de party aux Cantonniers de Magog? Chose certaine, les adolescents de Félix Potvin prennent un malin plaisir à être ceux qui brisent les séquences victorieuses et par ricochet les records de ligue établis par les autres formations.

Vous pensez immédiatement à la victoire des Cantonniers il y a quelques jours à Lévis qui mettait un terme à l’incroyable séquence victorieuse des Chevaliers qui s’est arrêtée à 34. L’ancienne marque de la ligue était de 25.

Si vous remontez dans le temps de quelques mois, ce sont aussi les Cantonniers qui avaient stoppé les Estacades de Trois-Rivières qui avaient amorcé les séries avec 10 victoires d’affilée, un nouveau record de ligue, avant de se frotter aux Magogois en finale. On connaît la suite, les Cantonniers balayant les Estacades en quatre parties.

Les records des Estacades et des Chevaliers ne seront pas battus de sitôt, mais il y aura un petit astérisque à côté de ces deux marques d’équipe pour rappeler que ce sont les Cantonniers qui ont joué les trouble-fête chaque fois.

Plan de match

Pour aller vaincre la puissante machine des Chevaliers sur leur glace vendredi dernier, le plan de match de Félix Potvin devait ressembler à quelque chose comme : éviter le banc des punitions, réduire au maximum les revirements, être les meilleurs à cinq contre cinq et percer la muraille des Chevaliers en zone neutre, une de leurs forces. 

Mission accomplie sur toute la ligne, exception faite peut-être pour le nombre de visites au cachot. On a vu lors de cette rencontre la maturité des joueurs des Cantonniers. Ceux-ci auraient pu être intimidés par l’invincibilité des Chevaliers, la foule bruyante qui les encourageait. Ou encore lancer la serviette après avoir accordé les deux premiers buts de la partie. Rien de tout ça ne s’est produit. 

Soyez assurés maintenant que Potvin s’assurera de rappeler que la saison ne s’arrête pas pour les siens après cette victoire de 5-3. 

Ça cogne à la porte

Dans moins d’un mois, le rideau tombera sur la saison régulière du circuit Lévesque. À ce stade-ci, il est clair que toutes les équipes se préparent pour les séries. À la lumière de ce qu’on constate depuis le début de l’année 2019, les Chevaliers de Lévis et les Cantonniers ne sont plus seuls dans le portrait. On a souvent entendu dire cette année qu’il y avait Lévis et Magog, puis les autres formations loin derrière.

La réalité est toute autre et ne pariez pas trop vite sur un affrontement en finale entre les deux meneurs actuels au classement de la ligue. Trois-Rivières et Gatineau seront dans le coup et maintenant il faut ajouter les Lions du Lac St-Louis et les Gaulois de Saint-Hyacinthe dans l’équation comme dirait Dany Dubé.

Les Lions, fidèles à leur réputation, se mettent en marche après les Fêtes. Ils alignent des attaquants explosifs et créatifs. Quand tu es appuyé derrière tout ça par le meilleur portier de la ligue en Devon Levi selon plusieurs, ça peut être très dangereux.

La surprise vient des Gaulois de Saint-Hyacinthe. Ils viennent de triompher à leurs sept dernières sorties, notamment contre Gatineau et le Lac St-Louis. Ils sont méconnaissables.

Contrairement à ce qu’on a cru longtemps, il y aura du suspense dans les séries de fin de saison.