Cette victoire permet aux Magogois de consolider leur emprise au premier rang de la section Tacks en plus de grimper au second rang du classement général. Sur la photo, l’attaquant Charles Beaudoin fonce vers le filet du gardien des Lions du Lac St-Louis Devon Levi.

Les Cantonniers sous leur vrai jour

Les Cantonniers de Magog se sont montrés sous leur vrai jour et ont eu raison des Lions du Lac St-Louis par le pointage de 4-1 dans un match fort important entre ces deux éternels rivaux de la section Tacks.

Les visiteurs, malgré quelques moments forts, n’ont jamais été en mesure de prendre le contrôle de la rencontre. Et lorsqu’ils ont menacé, le gardien recru Olivier Adam a vite fait de refroidir leur ardeur en les frustrant avec un sang-froid remarquable.

« J’étais quand même heureux de voir les gars marquer trois buts en deuxième période pour prendre les devants 4-0. Avec un tel coussin et de la façon que les gars jouaient, j’étais certain qu’on terminerait le travail même s’il ne faut jamais rien tenir pour acquis. Je voyais bien la rondelle et je dois donner beaucoup de mérite aux gars devant moi », a fait valoir celui qui a été sélectionné première étoile de la rencontre avec 34 arrêts.

Adam a perdu son blanchissage avec moins de cinq minutes à jouer au match. « Je n’étais pas déçu. Je pensais surtout à la victoire. C’est doublement satisfaisant de gagner contre des équipes de notre division qui bataillent avec nous pour le premier rang. »

Melançon frappe

À son retour au jeu après avoir raté sept rencontres en raison d’une blessure, Max-Antoine Melançon a frappé fort à la période médiane avec deux buts en 24 secondes. Les visiteurs n’ont jamais pu s’en remettre et Jesus Piaget Ntakarutimana en a rajouté avec le quatrième but des siens avant de retraiter au vestiaire pour le deuxième entracte. En première période, Simon Pinard, avec un bel effort individuel et une feinte savante devant le défenseur adverse qui aurait sûrement préféré se retrouver ailleurs, avait enfilé le premier but des Cantos. Marshall Lessard a terminé la partie avec deux passes.

Au goût de l’entraîneur

Cette victoire des Cantonniers, leur 11e de la campagne, a comblé l’entraîneur-chef Félix Potvin. « Je mentionne depuis le jour un de la saison que nous formons une équipe avec quatre trios pouvant causer des ennuis à nos rivaux. Et pas seulement en marquant des buts. Les gars viennent de disputer un match où ils ont été efficaces en échec avant, dans la zone neutre et aussi dans notre territoire. Nos défenseurs ont gardé ça simple et relançaient bien l’attaque. Nous avons aussi bien bougé la rondelle. C’est bon signe pour les semaines qui s’en viennent. On a joué exactement comme on le veut. Notre identité, vous venez de la voir », a commenté Potvin.

Cette victoire permet aux Magogois de consolider leur emprise au premier rang de la section Tacks en plus de grimper au second rang du classement général.

Simon Pinard, un joueur transformé

Ignoré lors du dernier repêchage de la LHJMQ, l’attaquant Simon Pinard a mis derrière lui cette amère déception en revenant à Magog pour une deuxième année d’affilée. Plus déterminé que jamais à prouver sa réelle valeur, Pinard est devenu un rouage fort important depuis le début des hostilités chez les Cantonniers.

Sur la glace, cela se traduit par 13 points en 15 rencontres et le troisième rang des pointeurs de la troupe magogoise.

« Ce fut difficile à encaisser au dernier repêchage de la LHJMQ. Tu veux entendre ton nom, mais il ne résonne pas. Ce ne fut assurément pas ma plus belle expérience comme joueur de hockey, mais ça forge le caractère. Je suis revenu plus fort cette année et jusqu’ici tout le travail que j’ai fait pour rebondir donne des résultats probants. Maintenant, c’est à moi de faire preuve de constance et de persister quand je traverserai des périodes plus difficiles », souligne Pinard, qui explique son retour en force par une plus grande maturité et surtout une meilleure confiance en ses moyens.

À titre de vétéran, Pinard aime bien les responsabilités qui viennent avec ce statut. « Les recrues auront toujours besoin de l’appui et des conseils des gars de deuxième année. Je suis toujours disposé, peu importe la circonstance et le moment, à aider un joueur de première année. D’autant plus que nous avons un bon esprit d’équipe. Ce n’est donc pas gênant de conseiller un coéquipier », soutient Pinard.

Pas un feu de paille

Avec un rendement individuel nettement supérieur à la saison précédente et au sein d’une équipe qui trône au premier rang de la section Tacks depuis le début de la saison, Simon Pinard peut difficilement demander mieux.
« Je prends ça un jour à la fois et il ne faut pas voir trop loin en avant. Mais c’est certain que notre équipe a tous les atouts pour connaître du succès. On ne joue pas toujours comme on le voudrait et la plupart du temps ça se produit quand on dévie du plan de match de nos entraîneurs. Lorsque nous serons plus disciplinés à ce chapitre, je crois sincèrement que nous serons difficiles à arrêter. Les gars veulent gagner et nous détestons perdre. Nous ne sommes pas un feu de paille », assure Pinard.

Un rêve


Celui-ci réalisera un rêve le 11 février lorsque les Cantonniers feront les frais d’un match sur une glace extérieure à Drummondville dans le cadre de la Classique hivernale de la LHJMQ. « Déjà que je me considère chanceux de participer à un tel match, voilà en plus que ça se passera devant les miens. Étant de Drummondville, ce sera plaisant de jouer devant plein de monde qui n’a pas toujours la chance de se déplacer à Magog. Ce sera une belle expérience. On va essayer de faire en sorte que les Gaulois de Saint-Hyacinthe qui nous affronteront ne viendront pas gâcher la fête », déclare Pinard.

Simon Pinard est devenu un rouage important chez les Cantonniers.