Les Cantonniers de Magog ont complètement dominé le deuxième match les opposant aux Forestiers d’Amos, dirigeant 57 lancers sur le filet des visiteurs.

Les Cantonniers sans pitié

Il a fallu attendre presque 42 minutes de jeu et le 40e lancer au but avant de percer le mystère de la muraille Nathan Darveau pour les Cantonniers de Magog. Ces derniers ont finalement réussi à mettre la main sur une deuxième victoire de suite dans cette série huitième de finale trois de cinq les opposant aux Forestiers d’Amos. Les Magogois ont disposé des Forestiers 5-0 grâce à une poussée de cinq buts au troisième engagement.

Jusque là, le cerbère des visiteurs ne voulait rien savoir et frustrait les adolescents de Félix Potvin sans arrêt. Les 710 spectateurs étaient encore sur le bout de leur siège après 40 minutes de jeu avec un pointage de 0-0 en dépit de la nette domination des locaux qui menaient 35-7 dans les lancers.

C’est finalement Zackary Michaud qui a brisé la glace et propulsé les Magogois en avance 1-0. Par la suite, ce fut l’avalanche de buts avec Tristan Roy, deux fois, Mathys Poulin et Alexandre Doucet qui ont trouvé le fond du filet. Le défenseur Justin Bergeron s’est fait complice de deux buts.

Le chiffre des lancers 57-11 en faveur des Cantonniers n’est pas trompeur et démontre jusqu’à quel point ceux-ci ont eu le contrôle de la rondelle durant les trois périodes.

Roy le marqueur

Tristan Roy, qui avait joué surtout un rôle défensif avec Équipe Québec lors des Jeux du Canada, s’impose sur le plan offensif depuis son retour avec les Cantonniers. Le solide gaillard de 15 ans totalise trois buts après deux parties.

« Je suis content de contribuer offensivement, mais encore plus important, c’est de voir tous les joueurs qui ont offert une bonne performance dans cette deuxième partie. Leur gardien était à son meilleur, mais on multipliait les bonnes occasions de marquer. On savait bien qu’en conservant la même intensité, en ne sortant pas de notre plan de match qu’on finirait par le prendre en défaut. C’est bon de partir pour Amos avec une avance de 2-0 dans la série », a souligné Roy.

Le jour et la nuit

Après une performance en dents de scie la veille, les Cantonniers avaient de quoi se faire pardonner lors de cette deuxième partie. Félix Potvin a été en mesure de constater que c’était le jour et la nuit entre les deux sorties de ses protégés.

« Surtout, les gars n’ont pas essayé de trop en faire. Dans les séries, un gardien qui est miraculeux, c’est fréquent. Dans ce temps-là, il faut persévérer, ne pas se décourager avec les performances du gardien adverse. J’ai vraiment aimé l’attitude et l’exécution des joueurs », fait valoir Potvin qui n’a pas manqué de louanger aussi le travail de son gardien Olivier Adam.

« Ce n’est jamais facile pour un gardien de voir si peu de circulation autour de lui. Je sais de quoi je parle pour être déjà passé par là. Ce n’est jamais plaisant, car tu peux perdre ta concentration facilement. L’arrêt d’Olivier en fin de deuxième période sur une montée à deux contre un s’est avéré un fait saillant, un jeu clé pour nous. C’était seulement son deuxième arrêt de la période et il était prêt. »