Félix Potvin

Les Cantonniers sans pitié

Il ne faut pas chercher midi à 14 heures pour expliquer la confortable avance des Cantonniers de Magog au sommet de la division Tacks de la Ligue midget AAA du Québec. Les protégés de Félix Potvin sont sans pitié pour leurs rivaux de la division Tacks depuis la saison dernière.

En disposant des Gaulois de Saint-Hyacinthe 5-3 lors de leur dernière sortie, les Cantonniers mettaient la main sur une sixième victoire en autant de parties à l’intérieur de leur section. Ces victoires ont été enregistrées aux dépens de Saint-Hyacinthe (trois fois), le Lac Saint-Louis (deux fois) et Châteauguay (une fois). Le Collège Charles-Lemoyne et les Cantonniers s’affronteront pour une première fois seulement à la fin du mois d’octobre.

Après seulement six semaines d’activités, l’avance des Cantonniers sur le Collège Charles-Lemoyne est déjà de 12 points et les deux équipes ont disputé le même nombre de parties, soit 11. La lutte pour le premier rang du classement général est beaucoup plus serrée avec les Chevaliers de Lévis qui devancent les Cantonniers par trois points. Ces derniers ont toutefois une partie en main.


« « Nos joueurs sont conscients de l’enjeu de chacune de ces parties. » »
Félix Potvin

Rappelons qu’une victoire en temps réglementaire est bonne pour trois points dans la Ligue midget AAA. En prolongation ou en tirs de barrage, les gagnants doivent se contenter de deux points et les perdants d’un point.

« C’est simple, pour finir au premier rang dans ta division, ça commence par gagner contre les formations de ta section. On le fait très bien depuis deux ans. Pourtant, il y a de très bonnes équipes dans notre division. Nos joueurs sont conscients de l’enjeu de chacune de ces parties », a révélé Félix Potvin qui n’est toutefois pas toujours enchanté de la manière que ses protégés s’y prennent pour se sauver avec les trois points au classement.

C’était le cas dans cette victoire de 5-3 sur Saint-Hyacinthe rendue possible grâce aux buts de Daylen Gauthier, Zackary Michaud, Karl Vaillancourt, Justin Robidas et Marshall Lessard. Édouard F. Cournoyer a bien alimenté ses coéquipiers avec trois mentions d’aide.

« On a repris de mauvaises habitudes du début de saison contre les Gaulois. D’ailleurs, on avait l’air d’un club qui sortait d’un camp d’entraînement tellement on manquait de cohésion. Il y avait un peu trop d’élans individuels à mon goût et à plusieurs reprises on a été pris hors position. On a du travail devant nous », soutient Potvin.