Après avoir mis la main sur le titre de la section Tacks vendredi soir en l’emportant 4-2 au Lac Saint-Louis, les Magogois étaient inactifs samedi et dimanche.

Les Cantonniers reçoivent un sérieux coup de main

Décidément, les astres étaient alignés pour les Cantonniers de Magog en fin de semaine. Après avoir mis la main sur le titre de la section Tacks vendredi soir en l’emportant 4-2 au Lac Saint-Louis, les Magogois étaient inactifs samedi et dimanche et attendaient avec impatience les résultats des parties impliquant le Blizzard du Séminaire St-François et les Vikings de Saint-Eustache, leurs plus sérieux rivaux dans la course au premier rang du classement général.

À la surprise générale, ces deux équipes ont encaissé deux revers en fin de semaine, Saint-Eustache s’inclinant entre autres contre deux formations du bas de classement. L’avance des Cantonniers au sommetn est donc toujours de sept points, mais ça se bouscule maintenant pour tenter de les rejoindre. 

Car avec les récents déboires du Blizzard et des Vikings et les poussées des Estacades de Trois-Rivières et des Chevaliers de Lévis, on retrouve deux formations à 69 points (Blizzard et Estacades) et deux autres à 68 (Vikings et Chevaliers). Trois-Rivières a encore trois joutes à disputer, Magog et le Séminaire St-François quatre et Saint-Eustache cinq.

« Nous sommes en meilleure position, mais c’est loin d’être terminé, prévient Félix Potvin. Le midget AAA, c’est un peu une boîte à surprises. La saison, c’est une chose, mais toutes les équipes ont en tête d’arriver fin prêtes pour les séries. La tendance que l’on voit, c’est qu’il y a des équipes de bas de classement qui ont envie de veiller tard dans les séries. Nous, il faut continuer de reproduire ce qu’on fait depuis la mi-décembre. »

Le 13 décembre

Pourtant, les adolescents de Félix Potvin connaissaient certaines difficultés fin novembre début décembre et l’équipe faisait du surplace. Décevants au Challenge CCM à la mi-décembre, la prise de conscience est survenue le 13 décembre, à l’entraînement.

« On ressemblait à tout sauf une équipe de hockey au Challenge. Pas d’enthousiasme, esprit d’équipe déficient et ça ne volait pas haut non plus au niveau de l’exécution sur la glace. Au retour du Challenge, nous n’avons rien fait, les entraîneurs, lors des deux pratiques qui ont suivi pour secouer le groupe. C’était voulu. Les gars en ont eu assez de tourner en rond et un meeting a suivi. On a mis cartes sur table et les joueurs ont tous sauté dans le train. Ce qui se passe actuellement, nos huit victoires d’affilée, c’est l’affaire des 19 joueurs sans exception », précise Potvin.