Les Cantonniers viennent de perdre trois de leurs quatre dernières parties devant leurs partisans. Ils devront maintenant signer un troisième gain d’affilée au Centre multisport de Châteauguay en l’espace d’une semaine, s’ils veulent éviter de disputer un match sans lendemain dimanche après-midi à Magog.

Les Cantonniers rebondiront-ils à Châteauguay ?

COMMENTAIRE / Les Cantonniers de Magog s’exposent au danger. Le sixième match de la demi-finale quatre de sept que les Magogois disputeront vendredi soir à Châteauguay n’était pas assurément dans leurs plans. Avec une priorité de 3-1 et retournant devant leurs partisans après avoir arraché deux victoires au domicile des Grenadiers, tout était en place pour une élimination rapide de leurs rivaux.

Les protégés de Félix Potvin n’ont pas pris les Grenadiers à la légère mercredi soir à l’aréna de Magog. Ces deux équipes en étaient à leur 10e confrontation de l’année et les joueurs se connaissent sur le bout des doigts. Chez les Cantonniers, tous savent que les Grenadiers forment une équipe fière qui ne craint pas l’adversité.

Pour une raison que j’ignore, les Cantonniers ne jouent pas leur meilleur hockey à la maison depuis le début des séries. Ils viennent de perdre trois de leurs quatre dernières parties devant leurs partisans. Quiconque arriverait de l’extérieur et serait mis au courant de cette statistique aurait de la difficulté à croire que les Cantonniers sont à une seule victoire d’une participation à la finale du circuit Denis Baillargé. Heureusement pour eux, les Cantonniers ont impeccables sur les patinoires étrangères où leur dernier revers remonte au 7 décembre. Mais cela ne durera pas éternellement. La loi de la moyenne, vous connaissez? Ce n’est pas de la foutaise et tôt ou tard elle nous rattrape.

L’art de rebondir

Les Cantonniers sont passés maîtres dans l’art de rebondir. Chaque fois qu’ils ont perdu dans les séries, ils ont répondu par une victoire et une solide performance le match suivant. Or, la question mérite d’être posée. Sont-ils en mesure de signer trois gains d’affilée au Centre multisport de Châteauguay en l’espace d’une semaine? C’est ce qu’ils devront réaliser vendredi soir comme exploit s’ils veulent éviter de disputer un match sans lendemain dimanche après-midi à l’aréna de Magog.

Certains matchs, la jeunesse et l’inexpérience des jeunes Cantonniers semblent leur jouer de mauvais tours. D’autres soirs, rien ne peut les ébranler. Comme lors de la seconde rencontre de la demi-finale alors que même en l’absence de Patrick Guay et Jérémy Lapointe ils avaient trouvé le moyen de renverser les Grenadiers.

On a vu dans cette série des joueurs sortir de l’ombre et jouer un rôle déterminant dans la victoire de leur équipe. On pense à Jérémy Lapointe des Cantonniers et Devon de Vries des Grenadiers. Une équipe qui aspire aux grands honneurs doit compter sur des plombiers de luxe. Mais tôt ou tard, les meilleurs doivent également se comporter comme les meilleurs, être un peu moins discrets, et faire la différence. On les connaît chez les Cantonniers. Pas besoin de les nommer.

Une longue série qui se rend à la limite, c’est emballant pour les amateurs, moins pour les joueurs, surtout ceux dont l’équipe laisse filer une avance de 3-1. Les adolescents de Félix Potvin ne veulent pas de ce septième match et les Grenadiers oui. Qui aura le dernier mot vendredi soir?