Champions de la saison régulière, les Cantonniers de Magog pourraient rééditer l’exploit des Lions du Lac St-Louis qui ont remporté les séries éliminatoires trois saisons consécutives entre 1977 et 1979.

Les Cantonniers partent à la chasse aux records

Les Cantonniers de Magog tenteront à compter de lundi, premier jour des séries de fin de saison de la Ligue midget AAA du Québec, de devenir la seconde formation dans l’histoire de ce circuit à mettre la main sur la coupe Jimmy-Ferrari, emblème du championnat des séries éliminatoires, une troisième année de suite.

Les Lions du Lac St-Louis, en 1977, 1978 et 1979, sont la seule équipe à avoir réalisé l’exploit jusqu’ici. La Ligue midget AAA du Québec en était à ses premiers pas puisque la saison 76-77 est celle qui a lancé le circuit. Les Lions ont gagné dans une jeune ligue qui ne comptait que cinq équipes lors de leurs deux premières conquêtes et six en 1978-79. On le sait, 15 équipes forment maintenant les cadres de la Ligue midget AAA du Québec.

« Ce n’est pas quelque chose qu’on va aborder avec les joueurs même si c’était une réalisation hors de l’ordinaire. Nous n’avons pas besoin d’ajouter de la pression supplémentaire sur leurs épaules. On va se concentrer sur notre première série contre le Collège Charles-Lemoyne et surtout notre première rencontre sans penser plus loin », souligne Félix Potvin, entraîneur des champions en titre.

Surtout que ce dernier sait plus que quiconque que les Riverains sauteront sur la glace de l’aréna de Magog lundi soir à 19 heures dans le rôle de négligés et dégagés de toute pression. Un peu comme ça s’est passé avec les Forestiers d’Amos l’an dernier quand on ne donnait pas cher de leur peau contre les Cantonniers.

Si certains se fient à l’écart de 65 points entre les Cantonniers et les Riverains au classement et les cinq victoires des Magogois (8-0, 4-1, 5-2, 1-0, 3-1) contre l’équipe du Richelieu pour croire que cette première série ne sera qu’une simple formalité, Félix Potvin remonte un an en arrière pour calmer le jeu et ramener tout le monde sur terre.

« À peu près le même contexte s’appliquait il y a un an dans notre première série contre Amos. On avait fait une bouchée des Forestiers en saison, mais lors de notre affrontement en première ronde des séries, on avait gagné le premier match 1-0 en prolongation et le pointage était 0-0 après deux périodes dans le match suivant. À Amos, les Forestiers avaient pris les devants 2-0 dans la partie. On avait réussi à gagner dans le minimum de trois parties, mais les Forestiers nous avaient rappelé que les séries et la saison, c’est comme le jour et la nuit. Les Riverains sont certainement en mesure d’élever leur jeu de plusieurs crans contre nous à partir de lundi. Nous devrons en faire autant », a expliqué le mentor des Cantos.

Prolonger le plaisir

Le capitaine Félix Paquet partage le même avis que son entraîneur. « Une série gagnée sans que tu t’arraches le cœur à l’ouvrage, c’est chose impossible. C’est souvent dans les coins de patinoire et le long des bandes que tout se joue et se décide. Si on se débrouille à ce chapitre, on va sortir avec la rondelle et se donner des chances de marquer. Il faut accepter de souffrir pour avancer dans les séries. Ce qui est plaisant, c’est que c’est de loin le meilleur temps de l’année pour jouer au hockey. Mes coéquipiers qui vivront les séries du midget AAA pour la première fois le réaliseront bien assez vite. Aussi bien prendre les moyens alors pour prolonger le plaisir comme les Cantonniers l’ont fait au cours des deux dernières saisons », a déclaré Paquet.

Alignement

Quatre joueurs n’avaient pas revêtu l’uniforme des Cantonniers lors du dernier match de la campagne il y a quelques jours. Les attaquants Zackary Michaud, Julien Bourget, Tristan Roy et Thierry Bernier brillaient par leur absence à Châteauguay. 

Bernier, absent depuis la mi-décembre, a recommencé à s’entraîner avec contact. Les trois autres avaient été terrassés par un virus et Félix Potvin avait préféré les éloigner du reste de l’équipe.

« C’est important de compter sur un club en santé dans les séries. Je suis confiant de voir la majorité d’entre eux revenir au jeu lundi. La prudence est de mise et on va quand même attendre le jour de l’affrontement », a signifié Potvin qui déléguera probablement le gardien Mathis Dorcal-Madore pour le premier match de cette série trois de cinq.

« Mathis et Rémi (Delafontaine) vont voir de l’action tous les deux en première ronde. Je ne suis juste pas fixé sur la rotation. »

La logique sera respectée

Depuis toujours, la Ligue midget AAA du Québec nous réserve son lot de surprises dans les séries de fin de saison. Inévitablement, cela devrait se produire encore au cours des prochaines semaines, mais il faudra attendre la deuxième ronde avant de voir des premiers de classe s’écrouler. Pour le premier tour qui commence lundi, la logique sera respectée dans toutes les séries. Voici donc les prédictions de votre humble serviteur.

Collège Charles-Lemoyne c. Magog : difficile de parier contre les Cantonniers dans cette série. Les Magogois dominent dans tous les départements contre les Riverains. Il faudra que le gardien Alexis Giroux, qui n’est pas un deux de pique, accomplisse des miracles dans son demi-cercle pour donner des chances aux Riverains. Magog en trois.

Collège Esther-Blondin c. Lévis : les Chevaliers de Lévis de l’entraîneur Éric Bélanger ont formé la meilleure équipe de la ligue dans le dernier droit. Ce n’est pas Esther-Blondin qui va renverser la tendance. Lévis en trois.

Amos c. Laval-Montréal : les Forestiers ont été affreux en fin de saison, mais c’est une trop bonne équipe pour ne pas se relever. Le gardien Nathan Darveau peut gagner des matchs à lui seul et il le fera. Par contre, le jeu hermétique de Laval-Montréal en défensive leur permettra d’avoir le dernier mot. Laval-Montréal en cinq.

Saint-Hyacinthe c. Séminaire ST-François : le Blizzard possède la meilleure attaque du circuit Lévesque et les Maskoutains se cherchent depuis le jour un de la saison. Le Séminaire St-François en quatre.

Châteauguay c. Jonquière : une équipe en feu (Jonquière) face à une équipe qui a perdu de son lustre en même temps qu’elle a vu des joueurs quitter pour la LHJMQ. Jonquière en quatre.

Saint-Eustache c. Trois-Rivières : La formation de Saint-Eustache manque de constance. Cela ne pardonnera pas contre une équipe bien structurée comme les Estacades. Trois-Rivières en quatre.

Gatineau c. Lac St-Louis : Les Lions sont explosifs et Gatineau demeure un mystère pour plusieurs. Excellent un jour, médiocre le match suivant. Le Lac St-Louis trouve toujours un moyen de gagner. Le Lac St-Louis en quatre.