Il est encore bien tôt pour savoir si Justin Robidas et égal ou supérieur à Patrick Guay.

Les Cantonniers ne savent plus perdre

COMMENTAIRE / Décidément, les Cantonniers de Magog ne dérougissent pas. Croyez-le ou non, si on tient compte des 12 dernières parties du calendrier régulier 2017-2018 et de leur actuel début de saison, la troupe de Félix Potvin a encaissé une seule défaite à ses 19 derniers matchs de saison. Entre les deux, vous vous en souvenez, les Magogois ont aussi mis la main sur la Coupe Jimmy-Ferrari, emblème du championnat des séries éliminatoires de la Ligue midget AAA du Québec.

Il n’en faut pas plus pour que les amateurs commencent à s’amuser au jeu des comparaisons entre les deux dernières éditions des Cantonniers. Il ne se passe pas un match sans que je me fasse interpeller à ce sujet. En matière de profondeur, la nouvelle mouture des Cantonniers a un avantage, je le concède. Sur le plan individuel, on veut savoir, entre autres, si Justin Robidas est égal ou supérieur à Patrick Guay. 

Si vous êtes d’accord, il est un peu tôt pour s’aventurer dans les grandes comparaisons. L’éthique de travail, l’instinct du tueur, jouer sous la pression, l’édition actuelle a encore beaucoup à démontrer. La seule autre chose que je me permets d’affirmer pour le moment touche le groupe des six défenseurs que Félix Potvin peut envoyer dans la mêlée. C’est possiblement la meilleure unité défensive des sept ou huit dernières années à Magog. Il n’y a pas de William Villeneuve dans ce groupe, mais six défenseurs solides en Isaac Belliveau, Jacob Dion, Daylen Gauthier, Édouard F. Cournoyer, Félix Paquet et Justin Bergeron. Les six peuvent être utilisés et se débrouillent dans toutes les situations. Tout n’est pas parfait, loin de là, mais le talent de ces six défenseurs saute aux yeux.

Des amateurs gâtés

Chose certaine, les supporteurs des Cantonniers sont gâtés. Depuis deux ans, je me demande si une autre équipe, tous sports confondus, arrive à gâter autant ses partisans en Estrie. La question mérite d’être posée. Dans le midget AAA, les assistances locales varient régulièrement entre 300 et 400 spectateurs partout à travers la ligue en saison régulière. L’année dernière, lorsque les assistances ont commencé à augmenter aux joutes locales des Cantonniers, le commentaire le plus souvent entendu touchait l’excellence de l’équipe et la qualité du spectacle. Il ne faudrait pas que les amateurs se réveillent trop tard une fois de plus cette année. 

D’ailleurs, prenez donc le temps d’entourer la date du vendredi 5 octobre dans votre agenda. D’accord, les Cantonniers seront à la maison en fin de semaine prochaine pour recevoir les Forestiers d’Amos samedi et dimanche, mais le 5 octobre, les deux équipes qui dominent outrageusement ce début de saison croiseront le fer pour la première fois du calendrier à l’aréna de Magog. Comme Magog, Lévis est parfait avec huit victoires d’affilée depuis le début des hostilités. Avec un peu de veine, si les deux équipes restent invaincues en fin de semaine prochaine, cela signifierait que la confrontation du 5 octobre mettrait aux prises deux équipes invincibles. Je salive déjà.