Les Cantonniers et les Lions s’affrontent à nouveau mercredi soir pour le troisième match de la série finale de la Ligue midget AAA du Québec. Cette fois, la partie sera disputée à Dollard-des-Ormeaux

Les Cantonniers dans la fosse aux Lions

Les Cantonniers de Magog se lanceront dans la fosse aux lions avec la série finale quatre de sept de la Ligue midget AAA du Québec qui déménage à Dollard-des-Ormeaux mercredi soir et jeudi pour les parties numéros trois et quatre.

Les Magogois n’ont pas perdu en trois visites au domicile des Lions du Lac St-Louis en saison régulière. Les deux dernières victoires sont encore récentes. Les adolescents de Félix Potvin avaient triomphé 4-1 et 5-0 dans la dernière semaine du calendrier régulier. Les Cantonniers avaient aussi gagné 3-2 au mois de septembre à Dollard-des-Ormeaux.

Or, les Lions, version des séries, n’ont plus rien en commun avec ceux de la saison régulière. Le punch à l’attaque est toujours leur arme favorite, mais le groupe de joueurs semble plus uni que jamais et joue avec une confiance qu’on ne leur connaissait pas. Rien de plus normal, surtout après avoir expédié les champions de la saison régulière, les Chevaliers de Lévis, en vacances.

À Magog, avec un peu de veine, les Lions auraient pu très bien soutirer une victoire aux Magogois. Après tout, les Lions l’ont échappé en prolongation lors de la première joute de la finale et dimanche dernier, avec 17 minutes à écouler au troisième vingt, les deux équipes étaient toujours à égalité 3-3. Ça commençait à annoncer la prolongation pour un deuxième match d’affilée. Le reste de la période a toutefois été l’affaire des Magogois.

Bataille offensive

Les Lions et les Cantonniers sont actuellement au cœur d’une bataille offensive qui fait le délice des amateurs. Contrairement à ce qu’ils ont vécu en demi-finale contre l’Intrépide de Gatineau, les Cantonniers obtiennent leur large part de lancers et de bonnes chances de marquer contre les Lions. « Les deux équipes ont des styles complètement à l’opposé. Ça se déroule pas mal comme on l’avait imaginé. Après tout, une équipe ne changera pas d’identité parce qu’elle se retrouve en séries. Il y a toujours de petits ajustements qui peuvent être faits dans le cours d’un match, mais en finale, c’est l’équipe qui travaille le mieux dans son plan de match et qui limite les erreurs qui se donne les meilleures chances de gagner », explique Félix Potvin, qui n’est pas sans savoir que les Lions sortiront les griffes mercredi soir devant leurs partisans pour éviter de faire face à l’élimination jeudi.

« C’est évident que nous devrons être prêts dès que la rondelle tombera au centre de la glace pour la mise au jeu initiale. Ce n’est pas tellement compliqué, d’enchaîner le pilote des Cantonniers. Tout passage à vide contre les Lions peut nous coûter plus d’un but. Dans les deux premières joutes ils sont arrivés à marquer deux buts rapides pour changer le tempo du match chaque fois. On a beau avoir répliqué de la bonne façon, c’est quelque chose qu’il faut améliorer. »

Malédiction du match numéro trois

Reste à voir maintenant si la malédiction du match numéro trois frappera de nouveau les Cantonniers mercredi soir. Dans les deux séries précédentes, les Cantonniers ont perdu la troisième partie après avoir pris les devants 2-0.

« C’est exact de dire que dans nos trois séries contre Amos, Châteauguay et Gatineau la troisième partie n’a pas été notre meilleure. Celle où les gars trichaient un peu. On ne se fera pas du mauvais sang pour autant. Je fais confiance aux gars et je suis persuadé qu’ils se prépareront en conséquence », souligne le mentor Magogois.

Rappelons que Zachary Barabé ratera ce match et observera ses coéquipiers du haut des gradins, lui qui est suspendu pour une partie. Il y a également Danick Caron dont le nom est toujours sur la liste des blessés. C’est donc dire que le trio fort efficace composé de Tristan Roy, Olivier Picard et Zachary Barabé sera dissous le temps d’un match.

« On a fait face à l’adversité toute l’année et depuis le début des séries. La situation n’est pas nouvelle pour les gars même si on préférerait bien sûr avoir tous nos joueurs réguliers en uniforme. On va se relever les manches », affirme Potvin.