Les Cantonniers à court de munitions

Les Grenadiers de Châteauguay auront eu besoin de six parties pour écarter les Cantonniers de Magog de leur chemin en demi-finale quatre de sept de la Ligue midget AAA du Québec.
<p>Pascal Laberge</p>
Les troupiers de Bruce Richardson ont évité la présentation d'une septième et décisive partie en infligeant un revers de 4-0 aux Cantonniers dimanche dans un match disputé au Centre Multisport Léo-Crépin de Châteauguay.
Les Grenadiers, qui avaient complété la saison avec le même nombre de points au classement que les Cantonniers, soit 51, ont noirci la feuille de pointage dans chacune des trois périodes en route vers cette victoire.
Accusant un retard de 0-2 au début du dernier tiers, les Cantonniers ont joué le tout pour le tout dans l'espoir de sauver leur saison, mais les Grenadiers veillaient au grain et ont profité de quelques ouvertures pour ajouter deux buts dans les six dernières minutes de jeu et porter ainsi le coup de grâce à leurs rivaux.
« Avec un déficit de deux buts c'était un risque calculé. Nous n'avions pas le choix d'ouvrir la machine. Le pointage pourrait laisser croire que Châteauguay n'a jamais été menacé, qu'ils ont imposé leur rythme, mais ce n'est pas réellement ainsi que ça s'est passé. Les gars ont tout donné. Ils n'ont jamais lancé la serviette. Je suis fier d'eux. Peu de gens croyaient à ce groupe de joueurs il y a à peine quelques mois. La pilule est dure à avaler présentement, mais dans quelques jours, ils réaliseront qu'ils ont fait tout un bout de chemin », a commenté l'entraîneur-chef Félix Potin qui a encore une fois vu les siens dominer au chapitre des tirs au but (35 contre 27).
Jeu de puissance anémique
Le manque de punch à l'attaque des Cantonniers n'aura jamais été aussi évident dans cette série, particulièrement en avantage numérique. Encore dimanche  les Cantonniers ont été blanchis (0 en 6), tandis que le jeu de puissance des Grenadiers a produit deux de leurs quatre buts en seulement cinq tentatives. Pour plusieurs, les unités spéciales ont fait toute la différence dans cette série
« Nos joueurs se sont bien comportés avec un homme de plus, mais on l'a tous vu, ce fut difficile d'acheter un but. Il faut aussi donner aux Grenadiers. Ils ont été extrêmement bons en infériorité numérique. Leurs joueurs bloquaient énormément de tirs. Ça s'est encore produit aujourd'hui (hier) en troisième période », de souligner Potvin.