L’unité défensive des Barons du Séminaire de Sherbrooke a été intraitable envers l’attaque des Patriotes de l’école du Phare, dimanche.

Les Barons passent en demi-finale

Les Barons du Séminaire de Sherbrooke ont accédé à la demi-finale de la ligue de football à 8 catégorie juvénile D2B dimanche en défaisant les Patriotes de du Phare par 28-8. Malheureusement, ce sont plutôt les événements survenus en fin de match qui ont davantage retenu l’attention.

Un joueur des Patriotes a été expulsé de la rencontre avec moins d’une minute à jouer après avoir asséné un violent placage à la tête d’un joueur des Barons, qui est resté au sol.

Une mêlée s’en est suivie et le joueur fautif a été expulsé.

Des gestes regrettables de l’aveu même de l’entraîneur-chef des Patriotes, Érick Loignon.

« Les Barons étaient en possession du ballon, c’était un jeu au sol et il y a eu un contact casque à casque. Ça s’est mal terminé. C’était un geste bête. D’ailleurs, un suivi disciplinaire sera fait avec l’élève et notre direction, c’est clair. C’est très dommage, car si on retire ces 30 dernières secondes, on a eu droit à tout un match de football », a dit M. Loignon.

Ce dernier considère cependant qu’une certaine forme d’éducation devrait être faite auprès des partisans qui assistent à un match de football, scolaire de surcroît.

Éduquer les spectateurs

« Par moment, on se croyait dans un aréna de hockey. Il n’y avait pas beaucoup de monde au début du match dans les gradins, mais ça s’est rempli au fur et à mesure. Ce sont des gens, qui ne sont pas des étudiants du Séminaire ou de notre école, qui encourageaient les joueurs à frapper fort, illégalement, à blesser les joueurs. C’était vraiment déplacé et désobligeant. »

« On intervient beaucoup en terme de sécurité au football, on veut conscientiser les joueurs, les entraîneurs, les clubs, on veut sensibiliser la population à la pratique sécuritaire du sport. Je crois qu’il est temps aussi d’éduquer les partisans. On s’en va où si, d’un côté on veut sécuriser le football, et que de l’autre, on demande des gestes du genre? Football Québec devrait aussi se pencher sur ce volet », a-t-il déploré.

« Je n’étais pas très content de mon joueur. On les sensibilise, le casque n’est pas une arme, mais une protection. C’était un geste irréfléchi, qui a peut-être été influencé par les cris de certains partisans. À cet âge, les jeunes sont influençables. Là, on se retrouve avec un jeune qui ne pourra visiblement pas jouer son prochain match et ça nous préoccupe fortement », a poursuivi M. Loignon.

« On intervient auprès de tout le monde, on change des règles, mais les arbitres devraient être un peu plus sévères pour les coups à la tête. Une expulsion entraîne une suspension automatique pour le match suivant; je peux comprendre que les conséquences sont énormes, nos saisons ne sont pas très longues. Est-ce qu’il faudrait aller plus loin, être plus punitif? »

« C’est dommage, car c’était un excellent match. Le pointage n’était que de 6-0 Barons à la demie. On a pu resserrer le pointage à 13-8, mais ils nous ont eus à l’usure. Le quart-arrière a très bien joué, il a effectué deux très longues courses déterminantes dans le match. On attendait davantage la passe. On a été surpris, et ça nous a pris un certain temps à nous ajuster », a analysé M. Loignon.

Les Barons du Séminaire de Sherbrooke affronteront le Summum de la Frontalière de Coaticook vendredi en demi-finale.