Le gala de lutte Apogée présenté samedi soir au Cégep de Sherbrooke a offert trois bonnes heures de combats aux amateurs.

Les amateurs de lutte bien servis

Quelque 400 partisans hostiles se sont réunis au Cégep de Sherbrooke, samedi soir, pour assister à l’événement Apogée, qui conclut la saison de lutte en Estrie. C’est dans une ambiance électrisante que les lutteurs ont défilé sur le ring et ont démontré toutes leurs capacités athlétiques.

« C’est un succès sur toute la ligne, estime Johnny La Magouille, l’organisateur qui a également pris part à la programmation. On peut dire que la lutte est implantée à Sherbrooke. Il y a des racines fortes. Avec l’Académie de lutte estrienne, on a livré la marchandise pour donner tout un spectacle. »

Le gala de lutte a duré un peu plus de 3 h, environ 30 minutes de plus que ce qui était prévu. « Les combattants se donnent un petit peu trop! raconte Johnny La Magouille avec le sourire. On se donne de la marge. On regarde les lutteurs actuellement, ils sont très maganés. Ils ont donné tout ce qu’ils pouvaient. Je pense qu’ils vont mériter de se reposer. Pour les fans, ça a été du bon divertissement. Meilleur que le film d’Avengers! »

Fidèles à leur tradition, les lutteurs se sont montrés très généreux à la fin de la soirée. Ceux-ci ont signé des autographes et se sont fait prendre en photo avec les amateurs, qui ont quitté le gymnase du Cégep de Sherbrooke avec le sourire aux lèvres.

Un sport en santé

Si certains peuvent penser que la lutte est plus d’ordre théâtral, il faut saluer les capacités athlétiques exceptionnelles des lutteurs. En plus de s’entraîner rigoureusement, les athlètes vivent avec le risque de se blesser.

« On veut retourner au travail en forme, le lundi, dit La Magouille. On affronte des gens compétents. Il y a des entraînements très rigoureux. Des combats peuvent durer 10 ou 15 minutes sans relâche, on demande donc d’avoir un certain cardio », décrit-il, mentionnant son rêve de remplir le Palais des sports Léopold-Drolet pour un gala de lutte.

Bigfoot, qui a gardé sa ceinture dans le combat principal de la soirée, a apprécié le gala Apogée. « C’est toujours un beau show. C’est une bonne occasion pour quelqu’un qui n’a jamais vu un gala de lutte de s’intégrer », décrit-il.

Pour lui, le sport est en santé. « L’association va bien. Il y a toujours des hauts et des bas, car la lutte, c’est cyclique. Il y a 10 ans, il y avait une autre association qui a fermée, donc ils en ont parti une nouvelle. Au Québec, elle est très en santé. Depuis l’arrivée de Kevin Owens et de Sami Zayn à la WWE, des gens se sont mis à s’intéresser à ça, des gens qui avaient arrêté se sont mis à en refaire. Il y a des associations partout », résume-t-il.