L’équipe pee-wee B de Coaticook, qui a décidé de mettre fin à sa saison à la mi-janvier, pourra compléter sa saison en disputant des matchs hors-concours.

L’équipe pee-wee B de Coaticook pourra compléter sa saison

L’équipe pee-wee B de Coaticook, qui a décidé de mettre fin à sa saison à la mi-janvier, pourra compléter sa saison en disputant des matchs hors-concours.

Des parties contre Waterloo, Drummondville et Stanstead, entre autres, sont déjà programmées.

« Les entraînements prévus à l’horaire seront aussi maintenus, jusqu’aux séries éliminatoires. Il reste cinq matchs à leur saison et on va tout faire pour les accommoder. Avec les horaires de disponibilité des glaces, et des officiels, c’est un peu plus compliqué, mais on va y arriver », a précisé le président de l’Association du hockey mineur de Coaticook, Philippe Laprise.

À LIRE AUSSI: Une équipe pee-wee B de Coaticook met fin à sa saison

Ce nouveau chapitre vient en quelque sorte clore de manière positive la saison de l’équipe pee-wee B du Dynamik de Coaticook.

Éprouvant des difficultés à compétitionner avec les autres équipes de sa catégorie, et avançant que la sécurité des jeunes était mise en cause, les entraîneurs et les parents ont décidé de saborder leur saison, le 14 janvier dernier.

Deux demandes de dérogations vers un calibre inférieur, le pee-wee C, ont été faites par l’équipe, et supportées par le hockey mineur de Coaticook, à Hockey Estrie, en octobre et en décembre.

Chaque fois, la demande a été rejetée par Hockey Estrie, de même que la demande verbale faite pendant les Fêtes.

Interpelé

Cette histoire a fait grand bruit un peu partout au Québec, la semaine dernière.

Jeudi dernier, lors de la publication de l’article de La Tribune relatant la situation, Hockey Québec a interpelé Hockey Estrie afin que l’équipe puisse compléter sa saison, en disputant des parties hors-concours.

Le tout s’est concrétisé samedi.

« On a supporté notre équipe dans tout le processus de dérogation. Une fois que le dossier est rendu à Hockey Estrie, ce n’est plus de notre ressort. Je n’ai jamais eu aucun problème à ce qu’ils évoluent dans le pee-wee C. À l’association, on est les porte-paroles des parents et des jeunes. Mais en fin de compte, c’est la décision de Hockey Estrie », a dit Philippe Laprise.

Le jeune homme de 21 ans confirme que si l’association a appuyé les demandes de dérogations faites par l’équipe pour évoluer dans un calibre inférieur, elle n’appuie pas la décision de l’équipe d’avoir mis fin à sa saison avec cinq matchs à faire.

« Je comprends leur moyen de pression, mais je crois qu’on aurait pu trouver un compromis sans que l’équipe mette fin à sa saison. On n’était pas en accord avec cette décision-là, qui s’est prise sans qu’on nous en parle. Surtout qu’il ne restait que quelques matchs à disputer. Ce que je peux confirmer, c’est qu’on n’était pas d’accord avec les décisions de Hockey Estrie de leur refuser une dérogation; si ça avait été ma décision, je les aurais laissés évoluer dans le pee-wee C. On a même envoyé une lettre à Hockey Québec, on n’a pas eu de retour. En même temps, je me demande : est-ce qu’on a vraiment demandé aux jeunes s’ils voulaient jouer ou non les cinq matchs restants en saison? » a continué M. Laprise.

« Je me questionne aussi sur les éléments de sécurité mentionnés par l’équipe. À ce que je sache, ce sont des enfants qui sont tous du même âge. Oui, il peut y avoir des différences dans la stature de certains, mais on ne parle pas de matchs de hockey opposant du pee-wee B à du pee-wee AAA. »

« Je comprends que c’est plate de perdre. Tout le monde joue pour gagner et pour s’amuser. Peut-être que les entraîneurs en place n’avaient pas toutes les ressources, ou n’ont pas demandé de ressources supplémentaires, pour motiver les jeunes. »

La facture aux parents

Les factures des amendes de 500 $ et de 200 $ imposées à l’équipe pour ne pas avoir disputé un match en saison, et pour avoir quitté la ligue, seront visiblement refilées aux parents, dit Philippe Laprise, puisque les amendes ont été imposées à l’association.

« Ils ne nous ont pas avisés qu’ils ne pouvaient pas disputer un match à Mégantic, car leur gardien était blessé. S’ils l’avaient fait, on aurait annulé le match à l’avance, et évité qu’une équipe se déplace pour rien. C’était un manque de respect. Se présenter aux matchs prévus au calendrier, c’est un engagement pris au début de l’année par les joueurs et les parents. On n’aura pas le choix de la refiler aux parents. On ne roule pas sur l’or, à l’association. S’il n’y a pas de conséquence, ça ne finira jamais. »

Philippe Laprise en est à une première année à titre de président de l’Association du hockey mineur de Coaticook.

« J’ai la chance d’avoir une très bonne équipe avec moi, une équipe expérimentée. On apprend, on n’est pas parfait. On va réviser nos règlements pour ne pas que ça se reproduise pour d’autres équipes dans le futur », a dit M. Laprise.

Précisons en terminant que l’école de hockey académique Bauer a décidé d’offrir trois séances sur glace en privé à l’équipe pee-wee B, en plus de leur offrir des parties hors concours face à l’équipe des Sharks de East Angus de l’Association du hockey mineur du Haut Saint-François.