Le gardien Dakota Lund-Cornish n’aura fait que passer avec le Phœnix de Sherbrooke. Il n’a disputé que 26 matchs avec l’équipe.

L’édition 2019-2020 du Phœnix est connue

Jocelyn Thibault a déplacé la dernière pièce de son casse-tête lundi matin, alors qu’il a échangé le gardien de but Dakota Lund-Cornish à Baie-Comeau. L’édition 2019-2020 du Phœnix est maintenant complète ; une équipe dont le noyau est intact, alors que seulement quatre recrues sont parvenues à percer l’alignement. Thibault espère ainsi terminer dans le premier tiers des clubs de la LHJMQ à l’issue de la prochaine saison.

La bataille pour le poste de deuxième gardien a donc été remportée par le gardien de 19 ans Thomas Sigouin.

Ce dernier a raté la majeure partie de la dernière saison à cause d’une blessure au genou, une deuxième blessure du genre pour lui lors des dernières années.

Sigouin secondera le gardien slovaque Samuel Hlavaj, acquis l’été dernier lors du repêchage européen.

Lund-Cornish a été échangé contre un choix de 12e ronde 2020 et un choix de 5e ronde 2022.

Acquis l’an dernier des Islanders de Charlottetown, le gardien originaire de la Nouvelle-Écosse a disputé 26 matchs à Sherbrooke, remportant 12 victoires.

« Baie-Comeau nous a fait savoir dans les derniers jours qu’ils étaient intéressés à lui. Les pourparlers se sont étirés un peu et ça s’est concrétisé assez tard. Dakota et Sigouin ont connu de bons camps, avec de bonnes périodes et des moins bonnes. Ce ne fut pas une décision facile ; on s’est par contre assuré que l’état de santé de Thomas nous permettait cet échange », a dit Thibault.

Malgré un faible échantillon, Sigouin avait impressionné l’état-major du Phœnix l’an passé ; en quatre matchs, il avait récolté deux victoires et présenté une moyenne de 1,61.

Le pari est risqué ; Sigouin n’a disputé que cinq matchs au total lors des deux dernières années dans la LHJMQ.

« Non, il n’a pas beaucoup d’expérience, mais Samuel devrait prendre le gros du travail et lui permettre de graduellement reprendre ses repères. Il y a beaucoup de séquences de trois matchs en autant de soirs la saison prochaine, du jamais vu pour nous, alors on va en avoir besoin », a dit Thibault.

« Aussi, on devrait perdre Samuel pour quelques semaines, pendant les Fêtes, à cause du Championnat du monde des moins de 20 ans. »

« Sam nous a rassurés ; il a joué jusqu’ici à la hauteur des attentes. Son adaptation va très bien, il parle bien l’anglais. L’an passé, il a joué en USHL, alors l’Amérique du Nord, il connaît. Il est habitué aux petites patinoires. »

Ce dossier étant clos, le Phœnix accueillera six nouveaux joueurs dans son alignement, dont quatre recrues. Israel Mianscum (16 ans), Anthony Munroe-Boucher (17 ans), Mirco Fontaine (19ans) rejoignent l’équipe et Samuel Hlavaj.

« Munroe-Boucher est une belle surprise. Il a un bon patin, une bonne vision du jeu et c’est un gars qui cadre dans notre philosophie de jeu, soit d’être agressif sur la rondelle. C’est un aussi un 2002 (17 ans) et on trouvait intéressant d’insérer un gars de cet âge dans notre groupe », a analysé Thibault.

Quant au deuxième choix de première ronde du Phœnix en juin dernier, Mianscum, il a su se faire remarquer rapidement.

« Il a démontré de très belles choses dès son arrivée, grâce à son physique et son niveau de talent. On est content de l’avoir ici et de pouvoir continuer à travailler avec lui. Je crois qu’il peut contribuer dès cette année », a confirmé le DG.

« Quant à Mirco, c’est un défenseur de profondeur. On a décidé d’amorcer la saison avec huit défenseurs. On va en perdre quelques-uns pour les camps pros, ça nous prenait du renfort. Mirco va à la guerre à chaque présence », a dit Thibault.

Le Poenix dans le premier tiers

L’ajout de ces différentes pièces au noyau existant de l’équipe fait dire à Jocelyn Thibault que le Phœnix peut terminer dans le premier tiers des formations de la LHJMQ, soit dans les six premiers au classement.

« Je veux qu’on continue à progresser. On a 20 de nos 23 joueurs actuels qu’on a élevés au sein de l’organisation. Les nouveaux se greffent à une philosophie, une structure. On est une équipe qui patine, qui travaille. On a beaucoup de talent à l’attaque, on est capable de créer beaucoup de choses. Je crois qu’on va présenter une formation intéressante à suivre », a dit Thibault.

Le contrat de Julien

Jocelyn Thibault a aussi confirmé être au boulot concernant une éventuelle prolongation du contrat de l’entraîneur-chef Stéphane Julien, dont la précédente prolongation de contrat de deux ans vient à échéance à l’issue de la prochaine saison.

« On y travaille. Je suis très content du personnel d’entraîneur. On veut stabiliser tout ça. Je crois beaucoup à la dynamique de troupe afin d’avoir une bonne fondation à notre équipe. On a réussi à créer une belle structure et on veut poursuivre dans cette voie. »